page d'accueil




Résumé du conseil municipal du 13-12-2018
Lire la suite

Résumé du Conseil Municipal du 27-11-2018
Lire la suite

Nouvelles répartition des compétences voiries de la CDC
Lire la suite

Résumé du Conseil Municipal du 22-10-2018
Lire le document

Complément
 au conseil municipal du 9 juillet 2018
Lire le document

Résumé du conseil municipal du 24-09-2018
Lire la suite

Résumé du conseil municipal du 09-07-2018
Lire la suite

Résumé du conseil municipal du 26-06-2018
Lire la suite

Les raisins de la misère
Lire la suite

Nouveauté à PREIGNAC
Lire la suite

Pourquoi PREIGNAC a voté contre l'association BIVOUAK
Lire la suite

Résumé du conseil municipal du 28-05-2018
Lire la suite

Informations surs le budget 2018 de la CDC
Lire la suite

Résumé du conseil municipal du 09-04-2018
Lire la suite

Résumé du conseil municipal du 26-03-2018
Lire la suite

Mort des oiseaux.
Lire la publication de Sud-Ouest qui confirme une fois de plus mes dires au conseil municipal.

Résumé du conseil municipal du 26-02-2018
Lire la suite

Pyrevert et Roténone

Lire

Résumé du conseil municipal du 29-01-2018

Lire la suite

A propos de l'article M. LADOS. Lire la suite

Résumé du conseil municipal du 18-12-2017
Lire la suite

Résumé du conseil municipal du 27 novembre 2017
Lire la suite

Viticulteurs Cérons
Lire la suite

Résumé du conseil municipal du 16 octobre 2017
Lire la suite

Communication de M. le Maire (23-10-2017).
Lire et écouter la communication.

M. DANEY change de camp.
Lire la suite

Résumé du conseil municipal du 18-09-2017
Lire la suite

Feux rouges de Boutoc les vraies raisons
Lire la suite

Résumé du conseil municipal du 10-07-2017
Lire le résumé

Résumé du conseil municipal du 12-06-2017
Lire le résumé

Résumé du conseil municipal du 10-04-2017
Lire le résumé

Résumé du conseil municipal du 27-03-2017
Lire le résumé.

Résumé du conseil municipal du 06-03-2017.
Lire le résumé

PLU de Preignac. Note remise au commissaire enquêteur.

Lire la suite

Demande de subventions pour la fondation Bergonié.
Lire le document

Résumé du conseil communautaire du 25 mai 2016
Lire la suite

Multi service Preignac.
L
ire la suite

Réunion publique du 28 juin 2016 : Coworking à Preignac
Lire le résumé

Mon intervention lors de la réunion publique du 12 mai 2016 concernant le PLU.
Ecouter mon intervention.

Quelques mots : Maison du vigneron, budget commune et CDC.
Lire le document.


Sur l’implantation de la crèche.
Lire la suite

Rapport de L'Institut de Veille Sanitaire.

Lire le rapport

Les raisins de la misère
"Une enquête sur la face cachée des châteaux bordelais."

Vous trouvez dans le livre de Ixchel DELAPORTE qui parle largement de la misère des ouvriers viticoles et de notre Sauternais. Pour notre commune de PREIGNAC nous la trouvons citée dans les premières pages avec le château Haut Bergeronet dans les dernières pages en parlant de M. DEJEAN. Entre les deux il est question des «Tziganes, les petits mains du Sauternes», puis de «l’Omerta sur les pesticides».

Ci-dessous quelques pages concernant plus particulièrement notre commune de PREIGNAC.

Vous pouvez trouver ce livre sur Amazone:

https://www.amazon.fr/raisins-mis%C3%A8re-enqu%C3%AAte-ch%C3%A2teaux-bordelais-ebook/dp/B07HFGSN2V


UNICANCER

UNICANCER

Le Groupe UNICANCER (à Bordeaux c'est la fondation Bergonié qui fait partie de ce groupement) réunit tous les Centres de lutte contre le cancer (  CLCC), valorise leur modèle d'organisation en cancérologie et mutualise leurs ressources et leurs compétences afin de donner une dynamique nouvelle à la prise en charge des patients.

Les chiffres du cancer en France

Nombre de nouveaux cas :

355 000 nouveaux cas de cancers estimés en 2012, 200 000 hommes et 155 000 femmes.
L’âge médian au diagnostic en 2012 est de 68 ans chez l’homme et 67 ans chez la femme.

Mortalité :

La mortalité par cancer a diminué au cours des vingt dernières années. Sur la période 2005-2009, le cancer reste néanmoins la première cause de mortalité chez l'homme et la seconde chez la femme.

En 2012, 148 000 décès par cancer ont été estimés. 85 000 chez l’homme et 63 000 chez la femme. Chez l’homme, le cancer du poumon est la principale cause de décès, suivi par les cancers du côlon-rectum et de la prostate. Chez la femme, le cancer du sein est à l'origine du plus grand nombre de décès, devant le cancer colorectal et celui du poumon.

Survie :

La survie relative à 5 ans varie selon le type de cancer (de 6 à 95 %).Le nombre de personnes de 15 ans et plus en vie en 2008 et ayant eu un cancer au cours de leur vie est de l’ordre de 3 millions : 1 570 000 hommes et 1 412 000 femmes.

Cancers les plus fréquents chez l’homme :

 

  • prostate (53 000 nouveaux cas par an -chiffre 2009)
  • poumon (28 000 cas)
  • côlon-rectum (23 000 cas)
Données 2012

Cancers les plus fréquents chez la femme :

 

  • sein (49 000 cas)
  • côlon-rectum (19 000 cas)
  • poumon (11 000 cas)

 Données 2012

Pour ceux qui veulent en savoir plus vous pouvez lire le rapport 2014.

Vitisphere du 15-10-2015

Cancer : les agriculteurs (globalement) moins atteints que le reste de la population


Lire la suite
Conférence Isabelle Baldy
MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE

Évaluation des risques liés aux pesticides pour les écosystèmes aquatiques


Lire la suite
Perturbateurs endocriniens : la Commission européenne condamnée pour son inaction

Par La rédaction d'Allodocteurs.fr, Publié le 16/12/2015 | 16:19

 

Le tribunal de l'Union européenne a condamné mercredi la Commission pour avoir "manqué à ses obligations" dans un dossier en lien avec les perturbateurs endocriniens, des substances présentes dans des produits de la vie courante et soupçonnés d'être nocifs pour la santé.

 

Le dossier concerne unpoint précis de la législation européenne,mais il est considéré comme une réelle avancée sur la question des perturbateurs endocriniens.

La Commission "n'a pas respecté les délais pour définir les perturbateurs endocriniens dans les biocides", explique le tribunal dans un arrêt publié mercredi 16 décembre, dans le cadre d'un règlement de 2012 sur lespesticideset les désinfectants.

Elle avait en effet jusqu'au 13 décembre 2013 pour spécifier lescritères scientifiques permettant de déterminer des propriétés qui perturbent le système endocrinien, ce qu'elle n'a pas fait.

C'est la Suède qui a saisi la justice européenne en juillet 2014. Le tribunal a reconnu les torts de l'exécutif européen en la matière, qui peut encore déposer un pourvoi, mais qui n'est pas suspensif. Bruxelles doit maintenant se conformer au règlement "dans un délai raisonnable", selon une source proche du dossier.

Les perturbateurs endocriniens doivent être réglementés sans plus tarder

"La Commission n'a rien fait pour encadrer les perturbateurs endocriniens. Il est pourtant urgent que ces substances que l'on trouve dans les plastiques, les pesticides ou les cosmétiques soient réglementées tant leurseffets sur notre système hormonal sont connus et dangereux", a réagi l'eurodéputée des Verts Michèle Rivasi. "Nous appelons donc solennellement la Commission à proposer au plus vite un cadre pour réglementer les perturbateurs endocriniens", a-t-elle insisté dans un communiqué.

"Toute décision doit être prise sur la base d'un avis scientifique", a indiqué de son côté un porte-parole de la Commission lors d'un point presse quotidien, ajoutant que celle-ci a "pris note" du jugement.

La Commission avait invoqué, pour justifier le retard pris, la nécessité de procéder à une analyse d'impact, ce qu'aucune disposition n'exige, a précisé le tribunal.

La Suède s'est dite "très satisfaite" de la décision prise. "L'importante tâche qui consiste à identifier et éliminer progressivement les perturbateurs endocriniens doit commencer", écrit le gouvernement suédois dans un communiqué. Si le jugement rendu ce jour concerne uniquement la législation sur les biocides, "il aura toutefois un impact sur d'autres domaines, comme l'utilisation de perturbateurs endocriniens dans les pesticides et les cosmétiques", estime-t-il.

Les perturbateurs endocriniens sont soupçonnés d'interagir avec des protéines qui régulent les cellules de l'être humain, entraînant des dérèglements physiologiques ou métaboliques.

 


La mort est dans le pré

LA MORT EST DANS LE PRÉ
Diffusé le mar. 01-12 à 23h35
Documentaire 59'

Voir le documentaire de France 2.

Cliquer sur le lien 
La mort est dans le pré
France 2 du 14-10-2015
Très bonne émission de France 2 sur les pesticides.



20 minutes bordeaux 15-10-2015
Gironde: Des haies plantées sur 24 sites pour faire barrage aux pesticides

Lire la suite
Le magazine de la santé France 5 01-10-2015
Enregistrement de France 5 du magazine de la santé.
Le Professeur de toxicologie Jean-François Narbonne de l'Université de Bordeaux 1 tire 2 conclusions 
  • Il pointe la volonté des autorités de ne pas vouloir aller plus loin dans cette enquête
  • Les moyens scientifiques existent pour aller plus loin dans ces investigations.

Regardez le Film de France 5.


Pesticides dans le vignoble : des médecins face à l’omerta

La Charente Libre Ismaël KARROUM

Lanceurs d’alerte sur les pesticides, deux généralistes sont ce mardi soir à Cognac. Le sujet est sensible, tant la vigne est reine.

Les docteurs Périnaud et Mazé reviennent en Charente pour une conférence ce mardi soir à Cognac.PHOTO/( Photo archives Majid Bouzzit)

Ils ont sulfaté une première dose d’alerte aux pesticides l’année dernière, à la même époque, à Soyaux, sur un rang de 350 Charentais un brin atterrés. Jean-Michel Périnaud et Joseph Mazé, médecins généralistes dans le Limousin, viennent cette fois tirer leur sonnette d’alarme au cœur du vignoble, à Cognac même(1). Là où la viticulture est reine, au sein d’une région agricole où seuls deux de leurs confrères généralistes ont signé leur appel contre les pesticides.

Lire la suite
Mon intervention audio au conseil communautaire du 30-09-2015
La presse locale n'étant pas exhaustive sur mon intervention concernant les pesticides et les cancers d'enfants à l'école de Preignac, je mets en ligne mon intervention. Vous pouvez avoir la vidéo complète sur le site de la CDC.

Mon Intervention
LES VINS BIOS DU NOUVEAU MONDE
Le documentaire raconte l'histoire des pionniers de la viticulture biologique des pays du Nouveau Monde. "Les Vins Bios du Nouveau Monde" est un retour d'expérience d'une aventure d'un an. Entre techniques agricoles et microbiologie des sols, Olivia Sinet souhaite aujourd'hui vous révéler les secrets découverts. De l'Australie aride qui voit naitre la Syrah jusqu'aux terres de Mendoza en Argentine, en passant par la vallée de Cromwell en Nouvelle Zélande et le Chili, Olivia vous invite à un voyage dans l'univers de la viticulture. Elle vous raconte aussi ce qui l'a poussé à partir, en retraçant ses réflexions et ses motivations.

Voir le film
Réaction du docteur Périnaud aux cas de cancers pédiatriques de Preignac
Ecouter la position du docteur Périnaud.

Ecouter.
Pesticides : Des enfants bordelais en danger (Preignac)
Regarder l’émission de canal + du 09-11-2015 sur les pesticides.

Voir la vidéo

Pesticides: les conflits d’intérêt

Pesticides: les conflits d’intérêt ont-ils rendu myope l’Autorité sanitaire européenne?

ParNolwenn Weiler18 novembre 2015

Le glyphosate, molécule cancérigène?«Improbable», a tranché l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa), le jeudi 12 novembre. Le Roundup, désherbant le plus vendu au monde et dont le glyphosate est l’ingrédient principal, se retrouve ainsi blanchi de tout soupçon. Voilà qui va soulager Monsanto, l’industriel qui fabrique et commercialise le Roundup, mais qui contredit l’avisrendu en mars dernier par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Il avait classé le glyphosate dans sa liste des substances«cancérogènes probables»[1].

Utilisé dans plus de 700 produits pour l’agriculture, la foresterie, les usages urbains et domestiques, le glyphosate a vu son utilisation monter en flèche avec l’arrivée des cultures OGM.La majorité des plantes génétiquement modifiées actuellement cultivées dans le monde sont «Roundup ready», c’est-à-dire résistantes au glyphosate. Ce qui permet d’épandre du glyphosate sur un champ et d’y tuer toutes les plantes sauf les OGM.En France, malgré l’absence d’OGM, le Roundup est le premier pesticide de synthèse utilisé, avec plus de 8000 tonnes déversés dans l’environnement chaque année.

Conflits d’intérêt
Comment expliquer la divergence entre les autorités sanitaires internationales et européennes? Cela tient à la prise en compte«d’une vaste quantité d’éléments, y compris un certain nombre d’études non évaluées par le CIRC», explique l’Efsa, citée par l’Agence France presse (AFP). Mais des organisations indépendantes[2]et des élus[3]accusent l’Efsa de s’être mise au service des industriels.«La Glyphosate Task Force - qui regroupe les grands groupes de l’agro-industrie comme Monsanto, mais aussi son compatriote Dow Chemical ou encore le suisse Syngenta – s’est félicitée des conclusions des scientifiques européens», rapporte d’ailleurs l’AFP.

Recrutés à travers toute l’Europe, les experts de l’Efsa sont tenus de remplir des «déclarations publiques d’intérêt» dans lesquelles ils listent leurs éventuelles collaborations avec des firmes privées. Les dites déclarations ont étépassées au criblepar l’ONG Corporate europe observatory (CEO) et la journaliste d’investigation Stéphane Horel. Résultat: près de 60% des experts étaient en situation de conflit d’intérêt. L’institut fédéral allemand pour l’évaluation des risques, qui a été chargé par l’Efsa de l’évaluation du glyphosate[4], n’échappe pas à la règle. Un tiers du groupe d’experts «Pesticides»sont liés à des géants de l’agrochimie: BASF et Bayer. L’avis de l’Efsa est censé éclairer la Commission européenne, qui décidera, ou non, de garder le glyphosate sur la liste des substances autorisées.

Notes

[1]Se basant sur des études de suivis de professionnels exposés au glyphosate en Suède, aux États-Unis et au Canada, l’Efsa avait noté des risques accrus de lymphome non hodgkinien (cancer du sang). Des expériences menées sur les animaux avaient de leur côté démontré que le Roundup induisait un risque accru de cancers, ainsi que divers dommages chromosomiques.
[2]Greenpeace, Générations futures,...
[3]Notamment l’eurodéputée EELVMichèle Rivasi
[4]Selon la procédure européenne, c’est un État rapporteur qui conduit l’évaluation des risques des pesticides.

 

Madame Mothes s'exprime sur l'itinéraire d'un enfant bléssé
Document : Madame Mothes s'exprime sur la maladie de sont fils qui a été élevé à l'école de Preignac. 

Lire le document
Alerte des médecins sur les pesticides
Alerte des médecins sur les pesticidesUn groupement de médecins du Limousin ont analysé le rapport de l'InVs concernant les cancers des enfants de l'école de Preignac.
Pesticides et santé l'Inserm pointe les risques d'une exposition professionnelle 14-06-2013

Pesticides et santéL'Inserm pointe les risques d'une exposition professionnelle

Publié le vendredi 14 juin 2013

L'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) fait le point, en 150pages,sur les connaissances relatives aux effets des pesticides sur la santé.

Une nouvelleexpertise collective de l'Inserm(Institut national de la santé et de la recherche médicale), réalisée à la demande de la Direction générale de la santé, fait le point sur les connaissances relatives auxeffets des pesticides sur la santé. Le but est de fournir des arguments sur les risques sanitaires associés à l'exposition professionnelle aux pesticides, en particulier en secteur agricole, et sur les effets d'une exposition précoce du fœtus et du jeune enfant.

Lire la suite

Pesticides et santé l'Inserm pointe les risques d'une exposition professionnelle 14-06-2013
Tableaux de l'ARS
Les tableaux ci-dessous ont été établi par Institut national de la santé et de la recherche médicale. Un tableau concerne les enfants et un les adultes.

Voir les tableaux.
Mon intervention au conseil communautaire du 30-09-2015
M. Manceau indique qu’on parle d’une opération où il y a eu 4 cas de cancers à l’école de Preignac et chez des enfants. Il se pose des questions : pourquoi a-t-il fallu 2 ans pour publier le rapport définitif ? Pourquoi a-t-il été publié en plein mois d’août ? Dans ce rapport il existe deux choses contradictoires entre, d’une part, les conclusions qui sont tirées de ce rapport et les tableaux de l’INSERM de 2013 qui indique des liaisons fortes entres certains cancers et les pesticides, que ce soit chez les adultes ou chez les enfants. M. Manceau ne comprend pas pourquoi la MSA fait une telle campagne sur la protection des agriculteurs pour qu’ils se protégent des pesticides et de même pourquoi va-t-il y avoir un conseil interministériel pour équiper les ouvriers agricoles d’équipements de protection individuelle s’il n’y a aucun risque. Quand j’entends un adjoint de Preignac qui travail à la clinique Sainte-Anne et un infirmier de l’hôpital Pasteur dire qu’actuellement il y a de plus en plus de cancers chez l’adulte et en particulier chez les viticulteurs, j’aimerais bien qu’on fasse des investigations chez l’adulte. M. Manceau reconnaît le poids économique de la viticulture mais il y a aussi le poids de la santé de nos concitoyens dont les Maires sont aussi responsables. 
Mot d'humeur sur les pesticides à Preignac. Le Républicain 03-09-2015

Dans le journal le Républicain du 03-09-2015 on peut lire un article de Bernard Peyré. Cet article est raisonnable.

Néanmoins je voudrais ajouter quelques remarques.

M. Gilles Filliatre Maire qui m'a précédé était au courant des problèmes de cancers à l'école. Pourquoi n'a-t-il rien fait ? On ferme les yeux on ne dit rien, pas de vagues. 4 cas de cancers chez les enfants cela me parait excessivement grave. Pourquoi n'avoir rien fait ?

Pour ce qui concerne les viticulteurs, font-ils réellement un effort ? Des choses simples : pourquoi continuent-ils à pulvériser hors des rangs de vignes. Ne peut-on arrêter la pulvérisation ? Il y a des règles concernant la vitesse du vent. Ont-ils les moyens de vérifier cette vitesse ou est ce au doigt mouillé ? Ont-ils tous des pulvérisateurs aux normes ? Utilisent-ils tous les bonnes quantités de produit ? La liste serait longue. Je pense néanmoins que par des mesures simples pour l'épandage on peut largement limiter la pollution.

Monsieur le Maire toutes les réunions que vous proposez ne sont-elles pas un moyen de retarder les échéances, ce qu'ont fait l'ARS et l'InVS organismes censés nous protéger. Pré-rapport en 2013 et publication officielle le 5 août 2015. Qui a retardé la publication ? La suite avant fin 2015 est-ce pour amender ce rapport et le rendre moins dur, moins compromettant ?

Monsieur le Maire ayant demandé ce rapport je souhaite suivre les différentes réunions qui sont programmées.

Concernant la réaction de M. Planty

Il nous dit "Aujourd'hui, on traite avec les produits que les pouvoirs publics et l’Europe nous autorisent" Mon voisin quand je lui disais que lorsqu'il traitait mes tilleuls perdaient leurs feuilles me faisait la même réponse. Depuis il est mort d'un cancer. Ce n'est pas notre faute c'est la faute de l'Europe ! Est-ce crédible ? Non.

M. Planty nous dit "Personne dans la profession ne défendra un agriculteur qui traite en dépit du voisinage." Est-ce raisonnable de dire ça ? Demandez à tous les riverains des vignes qui se plaignent, de plus en plus, de ces pulvérisations.

Il ajoute on "va vers une catastrophe majeure, au niveau de l’environnement et des sols." cela fait longtemps que tout le monde le sait. Malheureusement où passent les effluents vinicoles ? Où passe les eaux de rinçage des cuves de produits Phyto ? Le Ciron, la Garonne ? Lorsqu'il pleut les produits déposés sur les vignes sont lavés est ruissellent vers ces cours d'eau et pénètre dans les sols. Une nappe phréatique sur Barsac est polluée aux pesticides.

Concernant la réaction de M. Descamp

M. Descamps nous dit "Les viticulteurs eux-mêmes sont les premières victimes. Il faut en parler avec tact et mesure et rester prudent". Isabelle Baldi chercheuse à l'Université de Bordeaux 2 indique lors d'un séminaire santé environnement de novembre 2010 que " les agriculteurs font globalement moins de cancers que la population en général".

Ce qu'ils nous ont dits :

Josiane C. Nous dis "Demandez vous qui sont les responsables de cette situation. Je suis presque certaine que la propriété du viticulteur était là bien avant l’implantation de l’école". Réflexion intéressante que j'ai déjà entendue dans la bouche d'un gros viticulteur de Preignac. La seul réponse que l'on puisse apporter c'est : est-ce que la question se posait autrefois avec les traitements de 1950 ? Non. C'est pour cela que l'école a été créer là. Malheureusement les traitements ne sont plus les mêmes. Alors faut-il raser l'école et la reconstruire. Où ? Il y a des traitements presque partout.

Nathalie A.-D. nous dit "Je suis effarée ! Comme d’habitude on bouge lorsqu’il est déjà trop tard et que le mal est fait ! Mes enfants ont été scolarisés dans cette école et combien de fois, nous mamans, nous avons râlé !" vous avez raison. Le seul problème est que le propriétaire de la vigne croit en sa toute puissance et au fait qu'il ne sera pas puni. Si j'avais eu la même attitude jamais personne n'aurait été informé de ce problème.

Marie-Lise J. nous dit "Un truc me chiffonne... Et quand on travaille dans les vignes et que l’on nous sulfate dessus avec les produits ? On n’a pas le cancer ? Comme c’était mon cas...". Ce qu'on trouvait certain, et je suis violemment contre, c'est que les personnels qui travaillent dans les vignes soient habillés avec des équipements de protection individuels. Plutôt que de réduire les pesticides on protège les personnels, pas les habitants voisins. Pour information une réunion ministérielle sur le port des EPI par tous les salariés agricoles se tient demain 4 septembre à Paris.

Ce que je viens de faire ce n'est pas une critique de l'article du Républicain qui est bien fait mais j'ajoute de quelques informations supplémentaires sans doute nécessaires à la compréhension du sujet.

Chacun pourra écouter une excellente conférence sur le principe de précaution. Il y a une similitude avec les pesticides


Preignac le 03-09-2015

Il faut rendre à César ...

Il faut rendre à César ce qui est à César.

 

Contrairement à ce que certains pourraient penser, c'est Madame Bibeyran de Listrac Médoc qui a trouvé sur le site de l'Institut de Veille Sanitaire (InVS) le document concernant les cas de cancers chez l'enfant à l'école de Preignac.

 

Elle a d'ailleurs écrit sur Facebook le 13 août 2015, 2 choses :

1. "Dîtes-moi Sud Ouest l'information n'a pas été trop difficile à trouver ?!
Enfin bref...Suis ravie d'avoir porté cette affaire sur la place publique !
Le maire est prévoyant il envisage d'agrandir le cimetière...
"

2."Quelques mots sur l'affaire de Preignac .
Si je n'avais pas débusqué ce rapport, cette affaire n'aurait jamais fait de bruit....
Après avoir lu, relu et décortiqué ce rapport de l'INVS et ARS, je l'ai publié ici et envoyé par mail à tous mes contacts presse. Y compris Sud Ouest....qui publie aujourd'hui un article lamentable, méprisant compte tenu de la gravité des faits !
Faisant peser la responsabilité des pathologies subies par les enfants sur les personnes ayant appliquéles pesticides !
Le maire actuel a toutes les raisons du monde d'hésiter entre agrandir l'école et le cimetière.
J'ai honte, putain mais qui pense à ces enfants malades ????
"

 

Ce problème est à prendre très au sérieux. J'espère que la majorité municipale a pris conscience de la gravité du problème. Le rapport de l'InVS indique qu'il y a des liaisons fortes entre cancers et pesticides. Pour répondre à ce problème de santé publique, une étude complémentaire devrait être demandée pour faire la clarté sur ce point.

M. Beulin Président de la FNSEA
Que reprochent ses détracteurs à Xavier Beulin, patron de la FNSEA ? Lire la suite
Article Sud Ouest du 13-08-2015 (Pesticide)
Vous pouvez lire l'article de Sud Ouest du 13 août 2015.

Lire l'article
Artisans vignerons : ça sulfite maintenant !
Intervention du CIVB concernant les cas de cancers à Preignac
Directeur de la communication du Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB), Christophe Château assure partager les conclusions de cette enquête. « S’il est vrai qu’on ne sait pas cultiver la vigne sans traitements, les produits utilisés sont tous homologués par l’État et les autorités européennes. Des conditions précises d’utilisation sont définies. Dans les cas où elles ne sont pas respectées, nous souhaitons qu’il y ait condamnation. La volonté de la filière est de progresser encore dans le respect de l’environnement, de ceux qui appliquent les produits, des riverains et des consommateurs. »
Sauternes sec
M. Franck Dubourdieu a écrit sur son blog bordeauxclassicwine un article intéressant sur : 

SAUTERNES SEC

Arrêté préfectoral
Fixant les mesures destinées à préserver les établissement scolaires du risque d'exposition aux produits phytopharmaceutiques.

Lire l'arrêté
Madame Mothes s'exprime sur l'itinéraire d'un enfant bléssé
Document : Madame Mothes s'exprime sur la maladie de sont fils qui a été élevé à l'école de Preignac. 


Lire le document
LE VIN BIO EST-IL MEILLEUR ?

Franck Dubourdieu

 

Parcours

Né le 27/07/1939 à Barsac 33720 de parents viticulteurs.
Ingénieur agronome et œnologue (Montpellier 1964)
Médecin (faculté de Bordeaux 1976)
Diplôme Universitaire d’Aptitude à la Dégustation (1983)

Blog : www.bordeauxclassicwine.fr Vous pouvez vous abonner à son blog. 

Publication avec l'autorisation de l'auteur. 

12 SEPTEMBRE 2015

Franck Dubourdieu

RÉSUMÉ
Après un bref historique de l’avènement du Bio - au sens large, ce terme intègre laBiodynamie* - l’article fait état de la dangerosité des pesticides, particulièrement dans les vignes, pour les utilisateurs et pour les consommateurs (résidus).

La qualité des vins Bio, sujet controversé, est discutée. A la question :pourquoi le vin Bio peut-il être supérieur au même vin issu de la viticulture conventionnelle?,une réponse circonstanciée est proposée.
En 1993, menacée par les mouvements écologistes et par la (lente) progression d’une agriculture propre, l’industrie chimique, a fait parler la poudre…aux yeux"l’agriculture raisonnée".Résultat: les tonnages de pesticides pulvérisés dans nos campagnes ne baissent pas, bien au contraire!
A Bordeaux, les discours officiels n’encouragent pas le Bio. Le vignoble certifié est à la traîne du vignoble français.
Néanmoins, la région progresse lentement et on compte, dans toutes les AOC, d’excellents vins Bio avec une avancée timide des crus classés. A la fin de l’article, on trouvera une liste non exhaustive établie en fonction de l’ancienneté des certifications ainsi que celle de crus notables en Bio d’autres régions viticoles.

Lire l'article complet.

Lire aussi le passage important : LE VIN BIO EST MEILLEUR POUR LA SANTE

LE VIN BIO EST-IL MEILLEUR ?
Article de rue 89 25 août 2015

Pesticides : les cancers d’enfants intriguent toujours le Sauternais

Habitations en bordure des vignes vers Preignac (WS/Rue89 Bordeaux)

Habitations en bordure des vignes dans le Sauternais (WS/Rue89 Bordeaux)

Tout le monde le dit : la situation est inhabituelle à Preignac, en Gironde. Mais personne ne s’accorde sur les raisons. L’Institut de veille sanitaire constate un « excès faible » des cas de cancers d’enfants dans la commune du Sauternaissans toutefois lever le doute quant à leurs liens avec les épandages de pesticides.

Lire la suite

Même le Canard enchainé
Vilticulture
 13-02-2014 Réponse à l'article du journal le Républicain
 16-01-2014 Journal l'avenir 
 28-11-2013 Pour une viticulture propre
 15-11-2013 Sud-Ouest signature du marché de la station vinicole
 12-11-2013 Discours de signature du marché de construction de la station vinicole
 12-11-2013 Magazine La Vigne Station vinicole
 10-10-2013 Journal Le Républicain : Preignac commune viticole
 23-10-2013 Construction de la station vinicole
Inauguration de la station vinicole

L'inauguration de la station vinicole a eu lieu le 20 novembre 2014. Étaient présents Notre Député Gille Savary, notre Conseiller Général Hervé Gillé, Pierre Augey Président de la commission des relations internationales de l’agence de l’eau Adour-Garonne, étaient représentées la DDTM, la Chambre d’agriculture, officiellement l'ODG n'était pas représentée.

 


Comme de tradition plusieurs discours ont été prononcés.

 

D'abord notre Député Gilles Savary qui s'est félicité de la façon républicaine dont s'est fait le passage entre l'ancienne municipalité qui a porté ce projet et la nouvelle majorité. L'ancienne ayant préparé l'ensemble du dossier jusqu'au début des travaux. La nouvelle ayant réalisé les travaux.

 Il a aussi fait remarquer que les viticulteurs doivent adhérer au projet faute de quoi ils se retrouveront comme pour les retraites agricoles pour lesquelles ils n'ont pas cotisé et qui demandent maintenant à toucher une retraite.

Ensuite Monsieur le Directeur adjoint de la DDTM a fait remarquer qu'à terme tous les viticulteurs devront dépolluer leurs effluents et ce dans ce cadre de dépollution grâce à des stations collectives et plus rentable. Il a dit également que des contrôles se faisaient toujours.



Monsieur Hervé Gillé a pris ensuite la parole pour remercier l'ancienne municipalité d'avoir lancé et fait aboutir ce projet et indiquer toute l'attention qu'il avait apporté à ce projet pour limiter la pollution.

Monsieur Pierre Augey au non de l'agence de l'eau Adour Garonne a fait remarquer que la station d'épuration de Toulenne était polluée par des effluents viticoles au moment des vendanges. Il souhaite donc que des initiatives comme celle de Preignac soit prises plus souvent.

Après les discours une visite de la station a eu lieu commentée par le bureau d'étude et le constructeur.

Afin de conclure cette soirée un vin d'honneur a été offert à la Mairie avec du Sauternes, bien sûr.


NB. rappelons que cette station grâce à l'agence de l'eau, le Conseil Général et l'enveloppe parlementaire a été financée à 80 % par des subventions, restait à la charge des viticulteurs 20 %. La commune s'est occupée de monter le dossier, mais n'a accordé aucune subvention municipale.
Vino business - Isabelle Saporta
                           

Actuellement les vignes qui représentent 3 % des surfaces cultivées, utilisent 20 % des pesticides. Si le thème de la vigne et des pesticides vous intéresse suivre le lien
Pétition contre les pesticides

 

 

 

"Je suis une maman inquiète. Parfois, lorsque mes enfants marchent sur le trottoir pour aller à l'école, des tracteurs y épandent des pesticides qu'ils respirent à plein poumon, alors que les techniciens du tracteur, eux, portent des masques de protection."

Nombreux sont les parents comme cette maman inquiets pour l'avenir de leurs enfants et leur santé, à cause de l'utilisation de pesticides à proximité des lieux de vie.

Nous avons une occasion unique de demander la mise en place de plans de protection réelle des riverains exposés aux pesticides : cemardi 24 juin à l'Assemblée Nationale aura lieu un débat sur la loi d'Avenir Agricole qui pourrait inclure ces mesures.

Générations Futures œuvre depuis des années pour dénoncer l'impact des pesticides sur la santé et l'environnement. Notre association a recueilli depuis près de 10 ans des centaines de témoignages de riverains mais aussi de professionnels victimes de ces substances nocives (des exemples en ligne: http://victimespesticides.weebly.com/particuliers.html) .

Comment tolérer pour ces populations qu'on impose des Zones non Traitées le long des cours d'eau mais qu'on ne le fasse pas pour protéger leurs enfants? Qu'on recommande (voire oblige) les professionnels à porter des Equipements de protection individuelle du fait même du risque associé à l'exposition à ces pesticides, alors même que les riverains se retrouvent régulièrement "aspergés" entre mars et septembre par ces produits nocifs sans aucun moyen de protection?

Nous n'avons eu de cesse d'alerter sur les dangers – sous évalués – représentés par ces pesticides pour les populations riveraines de zones pulvérisées. Pendant des années, les services en charge des questions des pesticides au sein du Ministère de l'agriculture, nous faisaient savoir que ces produits étant évalués, il n'y avait pas de raison de s'inquiéter, et donc d'instaurer des Zones non Traitées (ZNT) le long des lieux de vie… oui mais ça c'était avant, avant que:

>>> De nombreux professionnels (agriculteurs notamment) s'alarment du nombre croissant de malades dus à l'exposition aux pesticides ;

>>> Des milliers de médecins s'inquiètent des conséquences pour la santé de leur patient d'une exposition à ces substances conçues pour être nocives;

>>> Des scientifiques démontrent les risques que font courir ces pesticides aux personnes exposées;

>>> Des parents et riverains déplorent non-respect de la réglementation et des faiblesses des pouvoirs régaliens en la matière ;

>>> Des associations, au travers d'enquêtes, prouvent que de plus en plus de pesticides sont présents dans l'air et que les riverains de zones agricoles qui respirent ces pesticides sont contaminés par ces produits ;

>>> Des élus s'étonnent de la faiblesse des règlementations en matière de protection des populations ;

>>> Etc.

L'agriculture est un maillon essentiel et structurant de notre pays mais elle ne peut se concevoir au mépris de la protection de l'environnement et du respect de la santé. Les souffrances endurées par les personnes vivant dans des zones pulvérisées par des pesticides sont réelles. Des dizaines de personnes ont d'ailleurs transmis aux instances compétentes la preuve de ces souffrances. Il faut maintenant, après les avoir niées pendant des années, les prendre en compte et mettre en place des mesures qui demain protégeront ces populations, notamment les plus vulnérables.

Nous attendons donc de nos élus du courage pour ne pas céder face aux pressions auxquelles ils vont être soumis et qu'ils soutiennent l'amendement déposé dans le cadre de la loi d'Avenir Agricole lors de la 2ème lecture à l'Assemblée Nationale visant à mettre en place des Zones non Traitées le long des lieux de vie. L'absence de mesure risque d'envenimer des tensions dans les zones concernées, susceptibles de se transformer avec le temps en véritables zones de conflits à l'instar de ce qui se passe en Limousin et dans d'autres régions.

 

Pour la mise en place de zones sans pesticides à proximité des lieux de vie, signez la pétition et partagez la autour de vous.

 



Pesticides autour des écoles

 

Appel à action pour obtenir l’interdiction des pesticides autour des maisons et écoles. Urgent.

 

Cher(e)s ami(e)s. Nous avons besoin de votre aide. Vite.


Dans le cadre de l’examen de la loi d’Avenir pour l’Agriculture et la Forêt (LAAF) nous avons une opportunité unique : celle de voir enfin adoptées des distances de sécurité sans pulvérisation de pesticides autour des écoles voir même des zones habitées. En effet le Sénat vient d’adopter dans l’examen de la LAAF un amendement visant à autoriser le Ministre de l’Agriculture à mettre en place des Zones non Traitées le long des zones d’habitation (article 23, 4° alinéa du texte de la LAAF adopté au Sénat). Dans le même temps la Ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, demande, elle, la création d’une bande sans traitements pesticides de 200 m autour des écoles.


C’est pourquoi nous avons lancé une pétition demandant aux députés de soutenir la position du Sénat sur la LAAF en gardant les dispositions de l’article 23, 4° alinéa de la LAAF, permettant au Ministre de l’Agriculture de mettre en place des Zones non Traitées le long des lieux d’habitation. Cette pétition à en 2 jours recueillis plus de 82 000 signatures ! Cela montre l’attente des françaises et des français dans ce domaine ! Mais, en ce moment même, la FNSEA exerce une pression énorme sur le gouvernement pour qu’il fasse sauter cette disposition de la LAAF lors de son examen à l’Assemblée Nationale !

Il est donc indispensable que les citoyennes et les citoyens qui veulent que la santé publique prévale dans cette affaire fassent entendre leur voix, sinon le gouvernement va céder au lobby de l’agriculture intensive (les dernières déclarations du Ministre de l’Agriculture montrent que ce dernier est sensible aux pressions du lobby ! )

Merci de signer cette pétition et de demander à tous vos amis et connaissances de la signer et de la transmettre à leurs amis à leur tour ! Avec une pétition de plus de 100 000 ou même 200 000 signataires nous avons une chance unique d’emporter la décision et de faire progresser la protection des populations vis-à-vis des pesticides dans les jours qui viennent (la loi sera votée les 7 et 8 juillet prochains). Ne la gâchons pas. Nous pouvons obtenir une victoire, grâce à vous ! D’avance merci !

François Veillerette, porte-parole de Générations Futures
Pour signer la pétition c'est ici!

A noter que cette pétition est soutenue par (la liste des personnalités sera régulièrement mise à jour sur le site de Générations Futures

  • François Veillerette, Porte-parole de Générations Futures
  • Marc Dufumier, ingénieur agronome
  • Marie-Monique Robin, réalisatrice, écrivain
  • Dominique Marion, administrateur de la Fédérations Nationale de l’Agriculture Biologique
  • Pierre-Michel Perrinaud, médecin à l’initiative de l’Appel des médecins
  • Fabrice Nicolino, journaliste
  • Karima Delli, Députée européenne EELV
  • Annie-Thébaud Mony, directrice de recherche honoraire à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale         (Inserm)
  • Claude Jourdren, Vice-président national de Bio Consom'acteurs Président de Bio Consom'acteurs Ile-de-France

Lire la tribune sur le HUFFINGTONPOST.fr

 

 

 

 

Vous appréciez notre travail, soutenez-notre action.... Générations Futures a besoin de vous!

 

Adhérez en ligneou envoyez notre bulletin d'adhésion (à télécharger ici) à Générations Futures 25 rue d’Alsace 75010 Paris, accompagné de votre soutien !

Vous pouvez aussi faire des don mensuels si vous préférez:http://gf.donnerenligne.fr/

Et n'oubliez pas votre don est déductible de vos impôts! Un don à 100€ vous renvient en fait à 34€!

 


Pesticides autour des écoles
Mot d'humeur sur les pesticides à Preignac.

Dans le journal le Républicain du 03-09-2015 on peut lire un article de Bernard Peyré. Cet article est raisonnable.

Néanmoins je voudrais ajouter quelques remarques.

M. Gilles Filliatre Maire qui m'a précédé était au courant des problèmes de cancers à l'école. Pourquoi n'a-t-il rien fait ? On ferme les yeux on ne dit rien, pas de vagues. 4 cas de cancers chez les enfants cela me parait excessivement grave. Pourquoi n'avoir rien fait ?

Pour ce qui concerne les viticulteurs, font-ils réellement un effort ? Des choses simples : pourquoi continuent-ils à pulvériser hors des rangs de vignes. Ne peut-on arrêter la pulvérisation ? Il y a des règles concernant la vitesse du vent. Ont-ils les moyens de vérifier cette vitesse ou est ce au doigt mouillé ? Ont-ils tous des pulvérisateurs aux normes ? Utilisent-ils tous les bonnes quantités de produit ? La liste serait longue. Je pense néanmoins que par des mesures simples pour l'épandage on peut largement limiter la pollution.

Monsieur le Maire toutes les réunions que vous proposez ne sont-elles pas un moyen de retarder les échéances, ce qu'ont fait l'ARS et l'InVS organismes censés nous protéger. Pré-rapport en 2013 et publication officielle le 5 août 2015. Qui a retardé la publication ? La suite avant fin 2015 est-ce pour amender ce rapport et le rendre moins dur, moins compromettant ?

Monsieur le Maire ayant demandé ce rapport je souhaite suivre les différentes réunions qui sont programmées.

 

Concernant la réaction de M. Planty

Il nous dit "Aujourd'hui, on traite avec les produits que les pouvoirs publics et l’Europe nous autorisent" Mon voisin quand je lui disais que lorsqu'il traitait mes tilleuls perdaient leurs feuilles me faisait la même réponse. Depuis il est mort d'un cancer. Ce n'est pas notre faute c'est la faute de l'Europe ! Est-ce crédible ? Non.

M. Planty nous dit "Personne dans la profession ne défendra un agriculteur qui traite en dépit du voisinage." Est-ce raisonnable de dire ça ? Demandez à tous les riverains des vignes qui se plaignent, de plus en plus, de ces pulvérisations.

Il ajoute on "va vers une catastrophe majeure, au niveau de l’environnement et des sols." cela fait longtemps que tout le monde le sait. Malheureusement où passent les effluents vinicoles ? Où passe les eaux de rinçage des cuves de produits Phyto ? Le Ciron, la Garonne ? Lorsqu'il pleut les produits déposés sur les vignes sont lavés est ruissellent vers ces cours d'eau et pénètre dans les sols. Une nappe phréatique sur Barsac est polluée aux pesticides.

 

Concernant la réaction de M. Descamp

M. Descamps nous dit "Les viticulteurs eux-mêmes sont les premières victimes. Il faut en parler avec tact et mesure et rester prudent". Isabelle Baldi chercheuse à l'Université de Bordeaux 2 indique lors d'un séminaire santé environnement de novembre 2010 que " les agriculteurs font globalement moins de cancers que la population en général".

 

Ce qu'ils nous ont dits :

Josiane C. Nous dis "Demandez vous qui sont les responsables de cette situation. Je suis presque certaine que la propriété du viticulteur était là bien avant l’implantation de l’école". Réflexion intéressante que j'ai déjà entendue dans la bouche d'un gros viticulteur de Preignac. La seul réponse que l'on puisse apporter c'est : est-ce que la question se posait autrefois avec les traitements de 1950 ? Non. C'est pour cela que l'école a été créer là. Malheureusement les traitements ne sont plus les mêmes. Alors faut-il raser l'école et la reconstruire. Où ? Il y a des traitements presque partout.

 

Nathalie A.-D. nous dit "Je suis effarée ! Comme d’habitude on bouge lorsqu’il est déjà trop tard et que le mal est fait ! Mes enfants ont été scolarisés dans cette école et combien de fois, nous mamans, nous avons râlé !" vous avez raison. Le seul problème est que le propriétaire de la vigne croit en sa toute puissance et au fait qu'il ne sera pas puni. Si j'avais eu la même attitude jamais personne n'aurait été informé de ce problème.

 

Marie-Lise J. nous dit "Un truc me chiffonne... Et quand on travaille dans les vignes et que l’on nous sulfate dessus avec les produits ? On n’a pas le cancer ? Comme c’était mon cas...". Ce qu'on trouvait certain, et je suis violemment contre, c'est que les personnels qui travaillent dans les vignes soient habillés avec des équipements de protection individuels. Plutôt que de réduire les pesticides on protège les personnels, pas les habitants voisins. Pour information une réunion ministérielle sur le port des EPI par tous les salariés agricoles se tient demain 4 septembre à Paris.

 

Ce que je viens de faire ce n'est pas une critique de l'article du Républicain qui est bien fait mais j'ajoute de quelques informations supplémentaires sans doute nécessaires à la compréhension du sujet.

 

Chacun pourra écouter une excellente conférence sur le principe de précaution. Il y a une similitude avec les pesticides

 

Preignac le 03-09-2015


 

Listrac fait sa rentrée scolaire du mieux possible

SUD-OUEST Publié le 02/09/2015 à 03h44, modifié le par Julien Lestage

La maternelle de Listrac se trouve au pied des vignes.©

Pesticides : l’école de Listrac sécurisée

En mai dernier, une charte encadrant les traitements des vignes situées à proximité de l’école maternelle de Listrac, du stade et de la salle socioculturelle a été signée. Une charte signée entre Pascal Bosq, propriétaire des parcelles en question, Marie-Lys Bibeyran militante et à l’initiative de la démarche, Maxime Julliot représentant de la FCPE et Stéphane  Dilard représentant de la Palme, association de parents d’élèves. La signature de cette charte avait pour objectif la préservation de la santé des enfants. Lesquels évoluent dans une école qui se situe au pied des vignes. Marie-Lys Bibeyran, qui milite contre l’exposition aux pesticides de la vigne, s’était félicitée de l’engagement pris par Pascal Bosq, le propriétaire du château Liouner.

Un calendrier à respecter

Dans la convention, il est notamment précisé que le viticulteur « ne doit pas effectuer de traitement dans la vigne pendant le temps de présence des enfants dans l’enceinte de l’établissement scolaire ». Il est aussi précisé que « le traitement des parcelles concernées sera effectué le soir en semaine après 19 heures, idéalement vendredi, ou le matin de très bonne heure, du mois d’avril jusqu’au jour marquant la fin des classes au mois de juillet. Ainsi que du jour de la rentrée scolaire suivante jusqu’au dernier traitement de la saison ».

Cérons des effluents vinicoles dans le réseau collectif

Des effluents vinicoles ont été re­trouvés dans le réseau collectif d'assainissement de Cérons, la se­maine dernière, entraînant un ar­rêt, pendant plusieurs jours, de la station d'épuration. Les effluents vinicoles sont classés dans la caté­gorie des rejets polluants. Ces re­jets proviennent d'installations ou usines susceptibles de générer des risques de pollution graves ou des dangers. La réglementation appli­quée aux chais vinicoles est donc soumise à des lois qui régissent leur traitement

Serge Roumazeilles, le président du SIAEP (syndicat des eaux) des deux rives de Garonne, qui gère l'assainissement de Podensac, Cérons et Cadillac, rappelle que cet acte est strictement interdit et pas­sible de poursuites suivies d'amen­des.

Cultures détruites

Et ce d'autant plus que la com­mune de Preignac, consciente des dégâts que peuvent provoquer ces effluents, propose depuis l'an der­nier aux viticulteurs qui n'ont pas les moyens d'avoir une station de traitement individuelle, de se re­grouper en coopérative autour d'une station de traitement spéci­fique à ces rejets. Cette solution a retenu l'adhésion d'une vingtaine de viticulteurs qui n'ont plus à se soucier de ce traitement La capacité de la station est loin d'être atteinte, il reste encore plus d'un tiers disponible. Des débordements ont également pollué les terrains avoisinant et surtout détruit les cultures d'un agriculteur. « Le temps que nous revenions à un traitement normal, il va nous falloir deux mois pour tout dépolluer », affirme Serge Roumazeilles. Il tient à rappeler, que « contrairement à l'idée reçue, aucune exploitation n'échappe à l'obligation de traiter ses effluents de chai. Le rejet dans les fossés et dans le réseau collectif communal est interdit quelle que soit la taille de l'exploitation. La pollution du milieu naturel peut entraîner des sanctions pouvant aller jusqu'à 75 000 euros d'amende et deux ans de prison.»

 

Serge Roumazeilles souhaite re­chercher et faire sanctionner les contrevenants. Il est à noter qu'un tel fait s'est produit à Podensac il y a environ deux ans, paralysant le réseau de traitement et de préciser :« Il est de notre responsabilité de faire payer ces pollueurs qui font supporter à la collectivité des dépenses importantes qui n'ont pas lieu d'être. Nous avons la possibilité et les moyens, actuellement, pour investiguer au niveau des raccordements individuels ».

Michel Laville Sud-Ouest 10 août 2015
Vino business - Isabelle Saporta
Actuellement les vignes qui représentent 3 % des surfaces cultivées, utilisent 20 % des pesticides. Si le thème de la vigne et des pesticides vous intéresse suivre le lien
20 minutes bordeaux 15-10-2015
Gironde: Des haies plantées sur 24 sites pour faire barrage aux pesticides

Lire la suite