page d'accueil




Résumé du conseil municipal du 13-12-2018
Lire la suite

Résumé du Conseil Municipal du 27-11-2018
Lire la suite

Nouvelles répartition des compétences voiries de la CDC
Lire la suite

Résumé du Conseil Municipal du 22-10-2018
Lire le document

Complément
 au conseil municipal du 9 juillet 2018
Lire le document

Résumé du conseil municipal du 24-09-2018
Lire la suite

Résumé du conseil municipal du 09-07-2018
Lire la suite

Résumé du conseil municipal du 26-06-2018
Lire la suite

Les raisins de la misère
Lire la suite

Nouveauté à PREIGNAC
Lire la suite

Pourquoi PREIGNAC a voté contre l'association BIVOUAK
Lire la suite

Résumé du conseil municipal du 28-05-2018
Lire la suite

Informations surs le budget 2018 de la CDC
Lire la suite

Résumé du conseil municipal du 09-04-2018
Lire la suite

Résumé du conseil municipal du 26-03-2018
Lire la suite

Mort des oiseaux.
Lire la publication de Sud-Ouest qui confirme une fois de plus mes dires au conseil municipal.

Résumé du conseil municipal du 26-02-2018
Lire la suite

Pyrevert et Roténone

Lire

Résumé du conseil municipal du 29-01-2018

Lire la suite

A propos de l'article M. LADOS. Lire la suite

Résumé du conseil municipal du 18-12-2017
Lire la suite

Résumé du conseil municipal du 27 novembre 2017
Lire la suite

Viticulteurs Cérons
Lire la suite

Résumé du conseil municipal du 16 octobre 2017
Lire la suite

Communication de M. le Maire (23-10-2017).
Lire et écouter la communication.

M. DANEY change de camp.
Lire la suite

Résumé du conseil municipal du 18-09-2017
Lire la suite

Feux rouges de Boutoc les vraies raisons
Lire la suite

Résumé du conseil municipal du 10-07-2017
Lire le résumé

Résumé du conseil municipal du 12-06-2017
Lire le résumé

Résumé du conseil municipal du 10-04-2017
Lire le résumé

Résumé du conseil municipal du 27-03-2017
Lire le résumé.

Résumé du conseil municipal du 06-03-2017.
Lire le résumé

PLU de Preignac. Note remise au commissaire enquêteur.

Lire la suite

Demande de subventions pour la fondation Bergonié.
Lire le document

Résumé du conseil communautaire du 25 mai 2016
Lire la suite

Multi service Preignac.
L
ire la suite

Réunion publique du 28 juin 2016 : Coworking à Preignac
Lire le résumé

Mon intervention lors de la réunion publique du 12 mai 2016 concernant le PLU.
Ecouter mon intervention.

Quelques mots : Maison du vigneron, budget commune et CDC.
Lire le document.


Sur l’implantation de la crèche.
Lire la suite

Rapport de L'Institut de Veille Sanitaire.

Lire le rapport

Observatoire des résidus des pesticides
Dans un document de grande qualité scientifique vous trouverez un certain nombre de réponses sur des questions simples que vous vous posez. Malheureusement les données sont souvent vieille de plus de 10 à 15 ans.
Le rapport complet

Expertise sanitaire, vigilance collective

Plan écophyto 2018
Alerte des médecins sur les pesticides
Le magazine de la santé France 5 01-10-2015
Enregistrement de France 5 du magazine de la santé.
Le Professeur de toxicologie Jean-François Narbonne de l'Université de Bordeaux 1 tire 2 conclusions 
  • Il pointe la volonté des autorités de ne pas vouloir aller plus loin dans cette enquête
  • Les moyens scientifiques existent pour aller plus loin dans ces investigations.

Regardez le Film de France 5.


Réaction du docteur Périnaud aux cas de cancers pédiatriques de Preignac
Ecouter la position du docteur Périnaud.

Ecouter.
Cancers : lancement d'un plan européen pour les enfants et les ados

Pourquoi Docteur Publié le05.10.2015

Cancers : lancement d'un plan européen pour les enfants et les ados

par Stéphany Gardier

 

INTERVIEW - Aujourd'hui 80 % des enfants atteints de cancers survivent. Pour autant, de gros progrès restent à faire pour améliorer la prise en charge de ces patients. Un plan d'action européen vient d'être lancé.

En 50 ans, l'oncologie pédiatrique a été marquée par des progrès majeurs qui permettent aujourd'hui à la plupart des enfants touchés par un cancer d'être sauvés. Mais l'Europe enregistre encore 6000 décès par an, causés par un cancer pédiatrique.

Lire la suite
Cancers : lancement d'un plan européen pour les enfants et les ados
Pesticides et santé l'Inserm pointe les risques d'une exposition professionnelle 14-06-2013

Pesticides et santéL'Inserm pointe les risques d'une exposition professionnelle

Publié le vendredi 14 juin 2013

L'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) fait le point, en 150pages,sur les connaissances relatives aux effets des pesticides sur la santé.

Une nouvelleexpertise collective de l'Inserm(Institut national de la santé et de la recherche médicale), réalisée à la demande de la Direction générale de la santé, fait le point sur les connaissances relatives auxeffets des pesticides sur la santé. Le but est de fournir des arguments sur les risques sanitaires associés à l'exposition professionnelle aux pesticides, en particulier en secteur agricole, et sur les effets d'une exposition précoce du fœtus et du jeune enfant.

Lire la suite

Insecticide mon amour
Affiche Insecticide Mon Amour
Intervention générations futures sur LCI


Tableaux de l'ARS
Les tableaux ci-dessous ont été établi par Institut national de la santé et de la recherche médicale. Un tableau concerne les enfants et un les adultes.

Voir les tableaux.



Preignac/Pesticides Le témoignage d'une mère
La Mort est dans le pré... (Pesticides & Cancers des agriculteurs)
Regarder ce film pour information.
Mot d'humeur du 13-08-2015. Cancers chez l'enfant, ODG, Pollution Cérons

Je souhaite aborder 2 points :

·Articles sur les cancers chez l'enfant dans la commune de Preignac

·Visite du Président de l'ODG au bord du Ciron

·Arrêt de la station d'épuration de Cérons

 La presse nombreuse et de toute nature, s'est fait l'écho du rapport de l'Institut de Veille Sanitaire concernant "L'Investigation d’une suspicion d’agrégat de cancers pédiatriques dans une commune viticole de Gironde" en l'occurrence Preignac. Il faut maintenant que la municipalité prenne en charge ce dossier. Ce que l'on entend c'est qu'ils souhaite étouffer l'affaire. Je pense que cela serait une mauvaise chose car si de nouveaux cas de cancers se présentent ils seraient accusés de ne pas avoir mis en place le principe de précaution. Il est obligatoire de demander une étude à l'ARS sur les différents cancers sur Preignac, hommes et femmes. Comment expliquer que 20 % des conseillers municipaux hommes sont atteints d'un cancer de la prostate. Le rapport de l'institut de veille sanitaire indique qu'il y a une présomption forte de lien entre pesticides et ce type de cancers. Monsieur le Maire il faut faire preuve de courage avant que des actions soient mises en place. Ce problème est suffisamment grave pour que l'ensemble du conseil municipal participe aux suites de cette investigation et que la transparence soit totale. Dans mon esprit il n'est pas question de supprimer les pesticides du jour au lendemain mais progressivement de les abandonner.

 Le Président de l'ODG nous parle de la LGV en disant que le Ciron va être impacté par la LGV et donc que le Ciron générateur du Botrytis sera perturbé.

Deux raisons d'en douter :

·La première parce que lors d'une conférence à Sauternes un chercheur de l'Université de Strasbourg avait indiqué que le Ciron n'y était pour rien. Pour moi la deuxième c'est que, en bordure de Garonne on fait aussi de l'excellent Sauternes. Soyons honnête les brouillards du Ciron est une veille histoire et qu'on ne peut du jour au lendemain supprimer l'histoire du Sauternes.

·La deuxième chose que je voulais dire c'est que j'ai été surpris qu'un agent du syndicat du bassin versant du Ciron prenne position contre la LGV. A-t-il eu l'autorisation de sa hiérarchie ? L'a-t-il fait de son propre gré ? une explication du président du syndicat serait nécessaire.

 Concernant le rejet des effluents vinicoles de la commune de Cérons, je pense qu'il est difficile d'admettre de telles comportements. La station d'épuration est indispensable à la commune de Cérons. La station est maintenant arrêtée pour longtemps. Où vont les rejets de l'assainissement? où va la pollution? Malheureusement cette situation est la même partout.

Pour Preignac, régulièrement, au moment des vendanges, la station tombe en panne, à cause des rejets vinicoles dans le réseau. Ce qui nous a conduit à construire une station pour les effluents vinicoles élargie à l'appellation Sauternes-Barsac. Le malheur c'est que seulement 10 % des viticulteurs ont souhaité adhérer à cette station. Pourquoi ? que deviennent leurs effluents ? que deviennent les eaux de rinçage des cuves de produits phytosanitaires ? Il serait intéressant que le Président de l'ODG nous donne des explications. Lui qui nous avait dit qu'il était passé à la viticulture bio le jour où son chef de culture était malheureusement mort d'un cancer.


Mot d'humeur sur les pesticides à Preignac. Le Républicain 03-09-2015

Dans le journal le Républicain du 03-09-2015 on peut lire un article de Bernard Peyré. Cet article est raisonnable.

Néanmoins je voudrais ajouter quelques remarques.

M. Gilles Filliatre Maire qui m'a précédé était au courant des problèmes de cancers à l'école. Pourquoi n'a-t-il rien fait ? On ferme les yeux on ne dit rien, pas de vagues. 4 cas de cancers chez les enfants cela me parait excessivement grave. Pourquoi n'avoir rien fait ?

Pour ce qui concerne les viticulteurs, font-ils réellement un effort ? Des choses simples : pourquoi continuent-ils à pulvériser hors des rangs de vignes. Ne peut-on arrêter la pulvérisation ? Il y a des règles concernant la vitesse du vent. Ont-ils les moyens de vérifier cette vitesse ou est ce au doigt mouillé ? Ont-ils tous des pulvérisateurs aux normes ? Utilisent-ils tous les bonnes quantités de produit ? La liste serait longue. Je pense néanmoins que par des mesures simples pour l'épandage on peut largement limiter la pollution.

Monsieur le Maire toutes les réunions que vous proposez ne sont-elles pas un moyen de retarder les échéances, ce qu'ont fait l'ARS et l'InVS organismes censés nous protéger. Pré-rapport en 2013 et publication officielle le 5 août 2015. Qui a retardé la publication ? La suite avant fin 2015 est-ce pour amender ce rapport et le rendre moins dur, moins compromettant ?

Monsieur le Maire ayant demandé ce rapport je souhaite suivre les différentes réunions qui sont programmées.

Concernant la réaction de M. Planty

Il nous dit "Aujourd'hui, on traite avec les produits que les pouvoirs publics et l’Europe nous autorisent" Mon voisin quand je lui disais que lorsqu'il traitait mes tilleuls perdaient leurs feuilles me faisait la même réponse. Depuis il est mort d'un cancer. Ce n'est pas notre faute c'est la faute de l'Europe ! Est-ce crédible ? Non.

M. Planty nous dit "Personne dans la profession ne défendra un agriculteur qui traite en dépit du voisinage." Est-ce raisonnable de dire ça ? Demandez à tous les riverains des vignes qui se plaignent, de plus en plus, de ces pulvérisations.

Il ajoute on "va vers une catastrophe majeure, au niveau de l’environnement et des sols." cela fait longtemps que tout le monde le sait. Malheureusement où passent les effluents vinicoles ? Où passe les eaux de rinçage des cuves de produits Phyto ? Le Ciron, la Garonne ? Lorsqu'il pleut les produits déposés sur les vignes sont lavés est ruissellent vers ces cours d'eau et pénètre dans les sols. Une nappe phréatique sur Barsac est polluée aux pesticides.

Concernant la réaction de M. Descamp

M. Descamps nous dit "Les viticulteurs eux-mêmes sont les premières victimes. Il faut en parler avec tact et mesure et rester prudent". Isabelle Baldi chercheuse à l'Université de Bordeaux 2 indique lors d'un séminaire santé environnement de novembre 2010 que " les agriculteurs font globalement moins de cancers que la population en général".

Ce qu'ils nous ont dits :

Josiane C. Nous dis "Demandez vous qui sont les responsables de cette situation. Je suis presque certaine que la propriété du viticulteur était là bien avant l’implantation de l’école". Réflexion intéressante que j'ai déjà entendue dans la bouche d'un gros viticulteur de Preignac. La seul réponse que l'on puisse apporter c'est : est-ce que la question se posait autrefois avec les traitements de 1950 ? Non. C'est pour cela que l'école a été créer là. Malheureusement les traitements ne sont plus les mêmes. Alors faut-il raser l'école et la reconstruire. Où ? Il y a des traitements presque partout.

Nathalie A.-D. nous dit "Je suis effarée ! Comme d’habitude on bouge lorsqu’il est déjà trop tard et que le mal est fait ! Mes enfants ont été scolarisés dans cette école et combien de fois, nous mamans, nous avons râlé !" vous avez raison. Le seul problème est que le propriétaire de la vigne croit en sa toute puissance et au fait qu'il ne sera pas puni. Si j'avais eu la même attitude jamais personne n'aurait été informé de ce problème.

Marie-Lise J. nous dit "Un truc me chiffonne... Et quand on travaille dans les vignes et que l’on nous sulfate dessus avec les produits ? On n’a pas le cancer ? Comme c’était mon cas...". Ce qu'on trouvait certain, et je suis violemment contre, c'est que les personnels qui travaillent dans les vignes soient habillés avec des équipements de protection individuels. Plutôt que de réduire les pesticides on protège les personnels, pas les habitants voisins. Pour information une réunion ministérielle sur le port des EPI par tous les salariés agricoles se tient demain 4 septembre à Paris.

Ce que je viens de faire ce n'est pas une critique de l'article du Républicain qui est bien fait mais j'ajoute de quelques informations supplémentaires sans doute nécessaires à la compréhension du sujet.

Chacun pourra écouter une excellente conférence sur le principe de précaution. Il y a une similitude avec les pesticides


Preignac le 03-09-2015

Investigation d’une suspicion d’agrégat de cancers pédiatriques dans une commune viticole de Gironde
A la suite de l'émission sur FR3 Aquitaine du 10 août 2015 à 19 h concernant les cancers chez les enfants de la commune, je souhaite apporter un certain nombre d’informations.

Lire le document.
Vidéo France 2 du 10-09-2015

VIDEO. Des cas de cancers d'enfants inquiètent un village viticole de Gironde

 

Les enfants de la ville de Preignac (Gironde) sont six fois plus atteints de cancer que la normale. L'ancien maire craint que cette situation soit liée à l'utilisation de pesticides sur les vignobles de la commune.

Voir la Vidéo

La combinaison passe mal
Il faut rendre à César ...

Il faut rendre à César ce qui est à César.

 

Contrairement à ce que certains pourraient penser, c'est Madame Bibeyran de Listrac Médoc qui a trouvé sur le site de l'Institut de Veille Sanitaire (InVS) le document concernant les cas de cancers chez l'enfant à l'école de Preignac.

 

Elle a d'ailleurs écrit sur Facebook le 13 août 2015, 2 choses :

1. "Dîtes-moi Sud Ouest l'information n'a pas été trop difficile à trouver ?!
Enfin bref...Suis ravie d'avoir porté cette affaire sur la place publique !
Le maire est prévoyant il envisage d'agrandir le cimetière...
"

2."Quelques mots sur l'affaire de Preignac .
Si je n'avais pas débusqué ce rapport, cette affaire n'aurait jamais fait de bruit....
Après avoir lu, relu et décortiqué ce rapport de l'INVS et ARS, je l'ai publié ici et envoyé par mail à tous mes contacts presse. Y compris Sud Ouest....qui publie aujourd'hui un article lamentable, méprisant compte tenu de la gravité des faits !
Faisant peser la responsabilité des pathologies subies par les enfants sur les personnes ayant appliquéles pesticides !
Le maire actuel a toutes les raisons du monde d'hésiter entre agrandir l'école et le cimetière.
J'ai honte, putain mais qui pense à ces enfants malades ????
"

 

Ce problème est à prendre très au sérieux. J'espère que la majorité municipale a pris conscience de la gravité du problème. Le rapport de l'InVS indique qu'il y a des liaisons fortes entre cancers et pesticides. Pour répondre à ce problème de santé publique, une étude complémentaire devrait être demandée pour faire la clarté sur ce point.

 

 

Dans le Bordelais, des vignes envenimées. 26-05-2015

Dans le Bordelais, des vignes envenimées

par Florence Heimburger 26 mai 2014

 

Épandage de pesticides dans le Médoc (DR)

Cancers, Parkinson, problème de fertilité… Les pesticides déversés dans les vignobles sont accusés de tous les maux. Des études scientifiques révèlent que l’Aquitaine est une des régions les plus touchées ; les cas d’intoxication et les affaires de reconnaissance de maladies professionnelles s’y multiplient. Pourtant, l’épandage bat son plein. Enquête.

L’étau se resserre autour du vignoble bordelais et des pesticides qu’il emploie. Dernier élément à charge : lundi 5 mai, 23 enfants et une enseignante de l’école primaire de Villeneuve-de-Blaye (Gironde) ont été victimes de divers symptômes suite à l’épandage, le matin même, d’un fongicide sur des vignes qui bordent l’établissement.L’enquête de la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (Draaf) et de l’Agence Régionale de Santé (ARS)  d’Aquitainea mis en cause un épandage mené dans «des conditions inappropriées sans qu’aient été prises toutes les précautions pour le voisinage». Entre autres: une interdiction de fréquenter le lieu durant 24 à 48 h.

Lire la suite
Pesticides : les agriculteurs en première ligne
Listrac fait sa rentrée scolaire du mieux possible

SUD-OUEST Publié le 02/09/2015 à 03h44, modifié le par Julien Lestage

La maternelle de Listrac se trouve au pied des vignes.©

Pesticides : l’école de Listrac sécurisée

En mai dernier, une charte encadrant les traitements des vignes situées à proximité de l’école maternelle de Listrac, du stade et de la salle socioculturelle a été signée. Une charte signée entre Pascal Bosq, propriétaire des parcelles en question, Marie-Lys Bibeyran militante et à l’initiative de la démarche, Maxime Julliot représentant de la FCPE et Stéphane Dilard représentant de la Palme, association de parents d’élèves. La signature de cette charte avait pour objectif la préservation de la santé des enfants. Lesquels évoluent dans une école qui se situe au pied des vignes. Marie-Lys Bibeyran, qui milite contre l’exposition aux pesticides de la vigne, s’était félicitée de l’engagement pris par Pascal Bosq, le propriétaire du château Liouner.

Un calendrier à respecter

Dans la convention, il est notamment précisé que le viticulteur « ne doit pas effectuer de traitement dans la vigne pendant le temps de présence des enfants dans l’enceinte de l’établissement scolaire ». Il est aussi précisé que « le traitement des parcelles concernées sera effectué le soir en semaine après 19 heures, idéalement vendredi, ou le matin de très bonne heure, du mois d’avril jusqu’au jour marquant la fin des classes au mois de juillet. Ainsi que du jour de la rentrée scolaire suivante jusqu’au dernier traitement de la saison ».

Le printemps est là et les épandages de pesticides aussi !

Images invisibles? Cliquez ici...

 

 

banderole (1) GF

Vers un regroupement des forces. Le printemps s’installe sur la France et avec lui se disperse, au gré des passages de tracteurs, des gouttelettes de pesticides dans les zones cultivées. Les riverains qui vivent dans ces zones connaissent bien ces journées, où installés dans leur jardin, le pulvérisateur passe, pour épandre ces toxiques, dernière la haie ou le grillage qui les séparent du champ, du verger ou de la vigne. Si, pendant des années, les riverains ont réagi de façon sporadique, non coordonnée et de manière isolée, aujourd’hui l’heure est à la fédération des mouvements, au regroupement des forces, à l’échange des savoirs et des compétences…

1er étage de la fusée. Des citoyens avertis proposent, avec le soutien de Générations Futures, d’envoyer un courrier aux agriculteurs utilisateurs de pesticides de synthèse pour leur demander, dans un 1er temps, de les avertir lors du passage de leur pulvérisateur à proximité de leur lieu de vie.

************************************************************************************************

>>> Téléchargez l'exemple de courrier à envoyer aux agriculteurs que vous souhaitez alerter:

************************************************************************************************

Une fois ce courrier envoyé merci de nous le faire savoir en cliquant ici. (voir en milieu de page)

>>> Téléchargez le Communiqué de presse de lancement de cette action: CP160415_riverains_courrier

 

 

Des réunions de travail pour les riverains victimes des pesticides

Nous vous informons que notre association - en collaboration avec des collectifs et associations locales - a prévu d'organiser des réunions en région (Mâconnais et Bordelais, puis Paris) en juin, juillet et septembre pour les riverains victimes des pesticides souhaitant agir et se mobiliser. Si vous êtes intéressés merci dans un premier temps de bien vouloir répondreà ce questionnaire. Une fois fait nous reprendrons contact avec vous dans les plus brefs délais pour vous en dire plus sur ces réunions.

L'équipe de Générations Futures

 

 

 

Générations Futures

Pour nous contacter c'est ici:nadine (a) generations-futures.fr


La multiplication des cancers d'enfants relance le débat sur les pesticides

Edité par David DOUÏEB

le10 septembre 2015 à 15h00 , mis à jour le10 septembre 2015 à 16h01.

En Gironde, l'utilisation de pesticides dans les vignes fait polémique. Selon un rapport de l'agence régionale de santé Aquitaine, ces derniers pourraient être liés à l'accroissement de cancers pédiatriques dans la commune de Preignac.

Lire la suite
Preignac, ses vignobles, ses pesticides et ses enfants malades de cancer. 10 septembre 2015

PAR NOLWENN WEILER 10 SEPTEMBRE 2015

 Les enfants atteints de cancers sur la commune viticole de Preignac, en Gironde, sont-ils victimes des pesticides pulvérisés à proximité de leur école? C’est ce que craint le maire de la commune, quand il écrit à l’agence régionale de santé (ARS) en février 2013 pour réclamer une enquête. Dans sa lettre, Jean-Pierre Manceau signale notamment qu’il ne cesse, depuis des années,«d’intervenir auprès des viticulteurs propriétaires de parcelles contigües à l’école primaire afin que soit proscrit tout sulfatage et autres traitements de la vigne à l’aide de pesticides pendant les heures de récréation scolaire.»

Il n’y a pas qu’à Preignac que les enfants sont exposés, dans la cour de leur école, aux fongicides et autres merveilles chimiques allègrement épandus, même lorsque sonne l’heure de la récré. En mai 2014, des enfants et leur institutrice avaient ainsi été intoxiqués aux pesticides épandus sur les vignes attenantes à la cour de leur école à Villeneuve, un autre village girondin.L’affaire, largement relayée par les médias avait ému les pouvoirs publics. Et depuis, tout épandage à moins de 50 mètres des limites des établissements scolaires a été interdit. Aucune étude ne dit si cette distance «de sécurité» est bien respectée...

Lire la suite
DITES « NON» AUX PERTURBATEURS HORMONAUX

DITES A LA COMMISSION EUROPÉENE QUE VOUS VOULEZ ELIMINER LES PRODUITS CHIMIQUES PERTURBATEURS HORMONAUX DE NOS VIES POUR PROTEGER NOTRE SANTE !

Les perturbateurs hormonaux, souvent appelés perturbateurs endocriniens (PE), sont des substances chimiques qui peuvent interférer avec les hormones naturelles, les messagers chimiques de notre corps.

Notre exposition quotidienne à ces produits chimiques - dans nos aliments, les cosmétiques, les maisons, les lieux de travail, les écoles et les hôpitaux, pour ne citer que quelques exemples- doit cesser afin de protéger la santé des générations actuelles et futures.Des preuves scientifiques lient l'exposition aux perturbateurs hormonaux à l'escalade actuelle des taux de cancers liés aux hormones tels que cancer du sein ou des testicules, des problèmes de fertilité, de diabète et d'obésité ainsi que des problèmes comportementaux et d'apprentissage chez les enfants. L’exposition aux PE perturbe également la faune sauvage. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a qualifié les perturbateurs hormonaux de «menace mondiale».

En raison du lobbying intensif de l'industrie, la Commission européenne a retardé l'action sur les produits chimiques perturbateurs hormonaux. Toutefois, une consultation publique a été lancée pour avoir un retour sur les préoccupations du public.

Nous avons besoin que vous nous aidiez à envoyer un message fort à la Commission européenne. Prenez part à la consultation publique et aidez-nous à combattre le lobbying de l'industrie qui pourrait autrement affaiblir    l'action publique sur les produits chimiques perturbateurs hormonaux au détriment de la santé des personnes, de l'environnement et de la faune!

C’est la seule chance que vous aurez de donner directement votre opinion et de vous faire entendre à Bruxelles


 

Les pesticides mettent notre santé en danger

Ils sont dans l’eau, dans l’air, dans nos aliments, dans 96% de nos rivières, dans près de 50% des fruits et des légumes.

Même présents en faibles quantités dans l’organisme, ils posent de nombreux problèmes de santé. Les personnes exposées ont plus de risques de développer des cancers, des malformations congénitales, des problèmes de fertilité, des problèmes neurologiques et d’affaiblissement du système immunitaire...
3e consommateur mondial de pesticides, la France est, après 70ans d’utilisation intensive, face à un grave problème de santé publique.

Il est temps d’en finir avec les pesticides !



Résumé rapport de l’INSERM

Générations Futures
Retrouvez l'actualité de Générations Futures. Lire la suite.

Pesticides : petit tour d'horizon
Au sommaire du dossier pesticides

Lire la suite

Guide technique sur les bonnes pratiques phytosanitairesLire la suite

Nouveautés sur les pesticides

Ça bouge ! ...

Nous avons pas mal de choses à vous annoncer aujourd'hui :

Tout d'abord c'est J-16 avant le début de la 10ème Semaine pour les alternatives aux pesticides (#SPAP) ! 

Préparez-vous car une flopée d'évènements va bientôt fleurir sur le pas de votre porte. Ne ratez surtout pas ça ! Vous pouvez déjà découvrir la carte du Tour de France des alternatives, évènements où Sophie, notre chargée de mission Semaine pour les alternatives aux pesticides sera présente (cliquez sur l'image pour la voir en grand).

En attendant et pour vous mettre l'eau à la bouche, ne manquez pas :

Demain jeudi 05 mars à 20h35 sur France 2 'Envoyé spécial le reportage sur la pomme avec François Veillerette, notre porte-parole, et Fabrice Micouraud (Administrateur de GF et porte-parole d'Allassac ONGF - partenaire de la Semaine). 

Le 12 mars : La sortie du nouvel ouvrage « Perturbateurs endocriniens, la menace invisible » de notre porte-parole François Veillerette, co-écrit avec la journaliste Marine Jobert qui a participé à l’enquête EXPPERT 4 (cf. ci-dessous).
Pour la première fois en France, un livre fait le point sur la bombe sanitaire que constituent les perturbateurs endocriniens. Qui sont-ils ? Quand sommes-nous exposés ? Pourquoi sommes-nous si mal protégés ? Une révolution de l’espèce est en cours. Et elle se déroule dans l’ignorance et l’indifférence quasi générales.

N'hésitez pas à consulter le site internet pour en savoir plus.

Générations Futures
Retrouvez l'actualité de Générations Futures. Lire la suite.

Pesticides : petit tour d'horizon
Au sommaire du dossier pesticides

Lire la suite

Guide technique sur les bonnes pratiques phytosanitairesLire la suite

Des médecins réclament une étude approfondie
Générations Futures
Retrouvez l'actualité de Générations Futures. Lire la suite.

Pesticides : petit tour d'horizon
Au sommaire du dossier pesticides

Lire la suite

Guide technique sur les bonnes pratiques phytosanitairesLire la suite

Pesticides et OGM, quand la Commission européenne fait le jeu des multinationales

La Commission européenne n'a donc toujours pas compris. A l'heure où la protection de l'environnement et de la santé deviennent des préoccupations majeures de nos concitoyennes et nos concitoyens, l'exécutif européen semble avoir choisi son camp: le lobby de l'agrochimie.

Alors même qu'une étude de mars 2015 réalisée par des chercheurs européens et américains a évalué le coût des perturbateurs endocriniens à hauteur de 157 milliards d'euros pour l'économie européenne, du fait des maladies que ces substances causent, l'équipe de Jean-Claude Juncker, président de la Commission, persiste dans sa volonté de ne pas réguler.

En tant que député-e-s au Parlement européen, nous nous faisons le devoir d'alerter l'opinion publique et de raconter la scène tragique qui s'est jouée ces dix derniers mois. Une opinion publique qui a maintes fois faire part de ses inquiétudes vis-à-vis des organismes génétiquement modifiés (OGM) et des pesticides dont la Commission européenne semble faire peu de cas.

Lire l'article complet
Pesticides : Québec veut tripler le nombre de substances interdites dans les villes
Exclusif - Le ministre du Développement durable et de l'Environnement, David Heurtel, présentera dimanche une série d'orientations pour mieux baliser l'utilisation des pesticides en milieu urbain et agricole. Selon les informations obtenues par Radio-Canada, il s'agirait d'une stratégie qui viserait à réduire les risques de contamination et à protéger les pollinisateurs.


Pesticides : Québec veut tripler le nombre de substances interdites dans les villes
Misère, l’eau est polluée ! Vraiment ?

Publiéle26 novembre 2015 dans Environnement

La communication gouvernementale sur l’environnement veut vous faire paniquer.

Par Wackes Seppi.

Le Commissariat général au développement durable vient de publier dans la série «chiffres et statistiques» son rapport annuel «Les pesticides dans les cours d’eau français en 2013».

C’est un exercice rituel. On prend le rapport de l’année précédente et on change ce qu’il faut changer, sans guère de questionnement. Ce serait pourtant une bonne idée que de remettre en cause le procédé et de s’interroger sur la finalité de la communication dont on rappellera qu’elle est gouvernementale.

Le but de l’exercice reste de servir, au moins d’une certaine manière, la cause de l’écologie – ou plutôt de l’écologisme. On nous gratifie donc de séries de chiffres qui se prêtent à une interprétation alarmiste, voire catastrophiste.

Mais est-ce bien raisonnable? De fait, l’intérêt supérieur de la Nation passe au second, sinon à l’arrière-plan.

Lire la suite

les enfants exposés aux pesticides plus à risque à l'âge adulte

Mise à jour le 07.12.2015 à 06 h 20 par Anne-Laure Lebrun

Les enfants vivant dans des zones agricoles exposés aux pesticides ont une fonction pulmonaire altérée. Si ce trouble persiste, ils pourraient développer de graves pathologies respiratoires.

Les pesticides les plus fréquemment utilisés provoqueraient des dommages pulmonaires chez les enfants, révèle uneétudemenée par l’Université de Berkeley en Californie (Etats-Unis) et publiée ce jeudi dans le journalThorax. Cette exposition précoce pourrait mener à de graves problèmes de santé l'âge adulte.

Les chercheurs américains se sont intéressés à l’impact sanitaire des pesticides organophosphorés. Ils ont été développés dans les années 1970 pour remplacer les composés organochlorés comme le DDT – un insecticide interdit depuis 30 ans-, persistant dans l’environnement et l’organisme humain. Très efficaces contre les insectes, ces produits phytosanitaires se sont rapidement imposés dans l’agriculture. On les retrouve également dans certains anti-poux de nos chères petites têtes blondes.

Selon l’Institut de veille sanitaire (InVS), les pesticides organophosphorés sont responsables d’une mortalité élevée par intoxication, en particulier chez les ouvriers agricoles, les applicateurs de pesticides et les fabricants. Les effets aigus d’un surdosage consistent en un dysfonctionnement du système nerveux. «Les symptômes peuvent inclure la nausée, des vomissements, une faiblesse, une paralysie, une hypersalivation, un ralentissement du rythme cardiaque et des convulsions. L’empoisonnement peut être mortel par asphyxie due à la faiblesse des muscles respiratoires», explique l’InVS.

Des troubles sur le long terme

« Des recherches ont décrit des troubles respiratoires chez les ouvriers agricoles exposés à ces produits, mais cette nouvelle étude se penche sur les enfants qui vivent dans des zones agricoles où sont utilisés les pesticides organophosphorés», explique Brenda Eskenazi, auteur de l’étude et professeur d’épidémiologie en santé maternel et infantile.

Au cœur de la Vallée de Salinas en Californie – une terre agricole connue pour ses laitues -, les scientifiques ont donc suivi durant 5 ans près de 280  enfants. Ils ont collecté 5 échantillons d’urines à partir du 6èmemois des enfants jusqu’à leurs 5 ans afin de mesurer le niveau des métabolites de pesticides organophosphorés. Puis les chercheurs ont donné aux enfants un spiromètres afin d’évaluer le volume maximale d’air expiré, un indicateur de la fonction respiratoire.

«Les enfants le plus exposés aux pesticides sont ceux ayant la capacité respiratoire la plus faible, indique Rachel Raanan, la responsable des travaux. Si cette atteinte persiste à l’âge adulte, ces enfants seront plus à risque de développer des troubles respiratoirescomme la broncho pneumopathie chronique obstructive (BPCO).»

Laisser vêtements et chaussures dehors

«La BPCO devient une cause majeure de mortalité dans le monde, ajoute le Dr John Balmes, co-auteur de l’étude et professeur de santé environnementale à l’Université Berkeley. Depuis que nous savons qu’une fonction pulmonaire réduite augmente le risque de cette pathologie, il est important d’identifier et diminuer l’exposition environnementale durant l’enfance.»

Les cherchent conseillent alors de limiter l’entrée de ces produits toxiques au sein de la maison. Pour les ouvriers agricoles, ils recommandent de retirer leurs vêtements et chaussures dehors. Ils suggèrent également que les enfants doivent être éloignés le plus possible des champs au moment de l’épandage, et s’ils sont à l’intérieur, il faut fermer les fenêtres. L’exposition aux pesticides peut également être limitée en lavant et épluchant les fruits et les légumes.

BPCO Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive

Peut-on se passer des pesticides?
« Depuis que l'agriculture existe, se pose le problème de la limitation des pertes dues aux ennemis des cultures », introduit Jean-Marc Meynard, directeur de recherche à l'Inra. Insectes, rongeurs, mauvaises herbes, maladies… des solutions ont très vite été identifiées : les jachères ou les rotations qui cassent les cycles de vie des ravageurs, ou encore la domestication du chat pour maîtriser les populations de rongeurs. Des pertes subsistent. Quantitativement, elles peuvent réduire la récolte à néant dans les cas extrêmes. Qualitativement aussi, les dégâts peuvent être importants, pour la qualité gustative et même sanitaire des produits.


Pesticides : les premières haies sont plantées




Environ 190 mètres de haies ont été mis en terre hier pour protéger l’école, l’aire de jeux et un futur lotissement de six maisons situé dans le bourg.

Lire la suite
Vin Québec Enquête, Radio-Canada : le vin, les pesticides et autres combines



Une enquête sur les pesticides et autres résidus chimiques que l'on retrouve dans certains vins en France.» C'est une adaptation d'une émission qui ...

Voir le document complet
Emission Europe 1 du 16-12-2015 sur les cancers pédiatriques à Preignac
Cancers pédiatriques à Preignac. Aujourd'hui en France 16-12-2015
Article du journal le Parisien Aujourd'hui en France du 16-12-2015 concernant les cancers pédiatriques à l'école de Preignac.
Grand-Champ Qualité de l'eau en Morbihan. Un défi sanitaire à relever

La Gazette du Morbihan

Dans le Morbihan, la qualité de l'eau est primordiale. Un défi sanitaire que tente de relever le Syndicat mixte du Loc'h et du Sal. Le point avec son président, Michel Guernevé. 19/12/2015 à 21:53 par jmf53

Lire l'article complet.

Ayons en mémoire que tous les pesticides utilisés sur nos vignes se retrouvent soit dans la Garonne soit dans le Ciron.

 

Roundup, 2,4-D: pour favoriser les OGM, les Etats-Unis minimisent-ils les risques?

L’Agence de protection de l’Environnement (EPA) affirme aujourd’hui que les citoyens états-uniens peuvent sans danger avoir un régime alimentaire qui dépasse 41 fois la dose limite de 2,4-D qu’elle a autorisée il y a dix ans! C’est un niveau bien plus élevé que ce qui est autorisé en Chine, en Russie, en Australie, en Corée du Sud au Canada ou au Brésil. Ce niveau est plus élevé que celui que recommande l’Organisation Mondiale de la Santé.

Lire la suite
Le frelon asiatique décime les abeilles : empêchez sa prolifération !

Avez-vous déjà eu l'occasion d'observer la méthode de chasse impitoyable du frelon asiatique lorsqu'il s'attaque aux abeilles ?

Un bataillon d'une dizaine de frelons se met en formation devant l'entrée de la ruche. En vol stationnaire, les chasseurs guettent avec attention le moindre mouvement provenant de l'intérieur…

Dans la ruche, c'est l'émoi : les abeilles savent bien ce qui les attend si elles  s'aventurent hors des murs protecteurs de leur abri. Et pourtant, il faut bien aller butiner, pour récolter le pollen nécessaire à nourrir les larves, et le nectar essentiel pour produire les réserves de miel qui assureront la survie de la colonie.

Lire la suite
Générations futures. Information 2015
Pesticides, Agence Régionale de Santé Bourgogne Franche Comté



Vous pouvez regarder la version complète en suivant le lien. Suivre le lien
Solesmes : La commune a reçu le label Terre saine, communes sans pesticides

Dès son élection à la tête de Solesmes le 30mars 2014, Paul Sagniez a décidé d’arrêter l’utilisation de pesticides dans sa commune. Aujourd’hui, il récolte les premiers résultats. La ministre de l’Écologie et du Développement Durable, Ségolène Royal, leur a octroyé le label Terre Saine, Communes sans pesticides.
«Je préfère qu’il y ait de l’herbe dans les ruisseaux plutôt que des cancers dans 10 ans», annonce le maire qui avoue avoir la fibre écolo.

Lire l'article complet
Réunion Générations Futures à Langon
L'association GENERATIONS FUTURES organise une soirée d'informations sur le sujet très actuel de l'utilisation des produits phytosanitaires dans l'agriculture ainsi que dans les lieux de vie privatifs. Le Docteur Perinaud, président de l'association ALERTE MEDECINS PESTICIDES, ainsi que Mr CICOLELLA, toxicologue, président et porte parole du réseau environnement santé, prendront la parole dans un esprit pédagogique afin d'apporter une information éclairée sur les nombreuses expositions aux pesticides et leurs impacts sur la santé humaine. 

Le 14 janvier 2016 à 20 h salle François Mauriac, Centre culturel des Carmes à Langon, rue du marché.

Nous vous attendons nombreux !
Région de Lyon et Isère rhodanienne: des pesticides dans l’air
                          
L'air de la région lyonnaise et du pays roussillonnais  contient bien des traces de pesticides émis par l'agriculture dans ces secteurs. Voici le texte, remis en forme publié par le site internet d'Air-Rhône-Alpes. L'étude d'Air-Rhône-Alpes porte sur la présence de ces pesticides et non pas sur leurs effets environnementaux et sanitaires éventuels.

Lire la suite de l'article

Pour ceux qui souhaite lire l'étude complète de Air Rhône-Alpes : Suivi des pesticides dans l'air ambiant dans l'agglomération de Lyon et secteur d'arboriculture de l'Isère rhodanienne.
Mesures réalisées en 2013-2014.

Lire l'étude complète.
Dire non… aux pesticides !

Manger 5 fruits et légumes par jour ! Ça vous dit quelque chose ? Je suis sûr que oui ! Pour ceux à qui cela aurait échappé, ce slogan est issu du programme national nutrition santé lancé en 2001 par le ministère de la santé en France. Il promeut entre autre chose la consommation de 5 fruits et légumes. Mais ils parlent de quels fruits et légumes, bio ou industriels ? Par Rhoubine Telassaint

Lire l'article complet
NOUVIONNAIS Une eau de qualité insuffisante

La teneur en nitrates et résidus de pesticides de l’eau du captage de Sailly-Flibeaucourt incite à la recherche de nouvelles sources.

Lire le texte complet



Pour information lors de la recherche de nappes pouvant fournir de l’eau pour le syndicat Barsac, Preignac, Toulenne nous avions la même chose sur la commune de Barsac.

L’affaire des pesticides de Villeneuve en Gironde est relancée avec l’ouverture d’une information judiciaire contre X

Publié par France 3 Jean-Pierre Stahlle07/01/2016 à 11:15:16

 

Côté châteaux l’apprend ce matin : une information judiciaire contre X a été ouverte pour utilisation inappropriée de produits phytopharmaceutiques dans l’affaire de Villeneuve près de Blaye en Gironde où plus d’une vingtaine d’enfants et une enseignante avaient été intoxiqués suite à des épandages de pesticides du mois de mai 2014.

 

François Ruffié, l’avocat de la Sepanso

L’affaire avait été classée sans suite aprèsle rapport de la Draaf par le parquet de Libourne.«On avait contesté ce classement sans suite du 23/4/2015», commente François Ruffié, avocat de la Sepanso,«et envoyé une lettre recommandée avec accusée réception. Hier on a reçu ce message pour savoir si nous souhaitions nous constituer partie civile avec cette ouverture d’une information judiciaire contre X pour utilisation inappropriée de produits phytopharmaceutiques», suite aux épandages du 5 mai 2014. Le parquet de Libourne a confirmé l’ouverture de cette information durant la deuxième semaine de décembre : ce sera au magistrat instructeur de faire toute la lumière sur cette affaire.

Bien sûrla Sepanso, représentée par Me François Ruffié avocat à Libourne,va se constituer partie civile:«on se réjouit car on avait assisté à un grand débat public (l’affaire avait ému Ségolène Royal à l’époque). Il y a une législation sur la question, il faut qu’elle soit appliquée. Pour nous l’infraction est parfaitement constituée.»

 

Daniel Delestre, le Président de la Sepanso

EtDaniel Delestre, Président de la Sepanso Gironde, interviewé cet après-midi de confirmer ce sentiment:"nous sommes extrêmement satisfaits.On avait essayé d’agir auprès de la justice pour signaler ces faits répréhensibles d’épandage de produits phytosanitaires dans des conditions de vent dans lesquelles une institutrice et une vingtaine d’élèves en avaient subi les conséquences fâcheuses, puisquel’institutrice avait fini à l’hôpital et donc ça me paraissait totalement anormal; et doncon est content que la justice s’empare de cette affaire."

«Les élèves étaient pris de vomissements d’autres avaient les yeux qui leur piquaient, le professeur avait arrêté la classé et empêchait les enfants de sortir en récréation, c’est quand même totalement anormal, qui plus est dans un pays de tradition viticole. Doncil faut que la justice fasse la lumière sur cette affaire, c’est important.»Et de préciser que ces produits avaient été épandus alors qu’il y avait pas mal de vent, comme l’indiquaient les relevés de vent de Météo France à Mérignac, supérieur à Force 3.

 

Interdire les pesticides, une bonne idée ?

Le compte à rebours est lancé pour les collectivités territoriales qui ne pourront plus utiliser de produits phytosanitaires à partir du 1erjanvier 2017 dans les espaces publics. Les jardiniers du dimanche auront, quant à eux, encore jusqu’en 2019 pour se remettre à la binette. Le point sur la réglementation et les méthodes alternatives aux produits chimiques de synthèse.

C’est quoi les «phytosanitaires»?

Lire la suite de l'article.
Les Français et les perturbateurs endocriniens

Après la 21e conférence sur le climat, les enjeux écologiques restent dans toutes les têtes. Pour Valeurs vertes, Harris interactive a interrogé 1 020 Français sur leurs préoccupations concernant la santé et l’environnement, notamment sur la question des perturbateurs endocriniens.

Pollution, réchauffement climatique, cancer, pesticides et enjeux alimentaires sont les premières préoccupations citées par les Français en termes de santé et d’environnement éléments. Lorsque l’on évoque les perturbateurs endocriniens, près de 8 Français sur 10 indiquent qu’ils en ont déjà entendu parler et 37 % voient précisément de quoi il s’agit. Les Français y associent spontanément les hormones, le cancer, la pollution et la stérilité.

« Plus de 9 Français sur 10 pensent que certains pesticides (95 %) et les pilules contraceptives (94 %) troublent le système hormonal ; plus de 6 Français sur 10 estiment que ces facteurs le troublent "beaucoup" », rapporte l’enquête. En corollaire, 75 % seraient favorables à l’interdiction des perturbateurs endocriniens, en priorité et uniquement pour ceux qui sont avérés.

Quelles mesures prendre ?

Sur les problématiques à traiter en priorité, les Français citent la pollution de l’eau (84 %), la sécurité alimentaire (84 %) et les pesticides (79 %) en trio de tête. Les OGM et les perturbateurs endocriniens arrivent néanmoins dans les dix premières mesures à envisager sur les thématiques de l’environnement et de la santé ; ainsi, 66 % des personnes interrogées souhaitent que ces questions soient aussi abordées en priorité.

Pour mener des actions « dans le bon sens », les sondés font davantage confiance aux scientifiques (84 %), aux ONG (70 %), aux « lanceurs d’alerte » (69 %). Les politiques, quant à eux, n’arrivent qu’en dernière position. Seuls 9 % des personnes interrogées leur accordent leur confiance.

Source : Harris interactive.

Générations Futures
Pesticides et OGM, quand la Commission européenne fait le jeu des multinationales

La Commission européenne n'a donc toujours pas compris. A l'heure où la protection de l'environnement et de la santé deviennent des préoccupations majeures de nos concitoyennes et nos concitoyens, l'exécutif européen semble avoir choisi son camp: le lobby de l'agrochimie.

Alors même qu'une étude de mars 2015 réalisée par des chercheurs européens et américains a évalué le coût des perturbateurs endocriniens à hauteur de 157 milliards d'euros pour l'économie européenne, du fait des maladies que ces substances causent, l'équipe de Jean-Claude Juncker, président de la Commission, persiste dans sa volonté de ne pas réguler.

En tant que député-e-s au Parlement européen, nous nous faisons le devoir d'alerter l'opinion publique et de raconter la scène tragique qui s'est jouée ces dix derniers mois. Une opinion publique qui a maintes fois faire part de ses inquiétudes vis-à-vis des organismes génétiquement modifiés (OGM) et des pesticides dont la Commission européenne semble faire peu de cas.

Lire l'article complet
Perturbateurs endocriniens: de l'infertilité au diabète, les soupçons s'élargissent
Substances chimiques ou naturelles, les perturbateurs endocriniens, qui incluent des pesticides, des phtalates, le bisphénol A (revêtement plastique des canettes, boîtes de conserve...), interfèrent dans le système hormonal humain.

Lire l'article complet
Cash Investigation le 2 février : Produits chimiques, nos enfants en danger.

A voir le mardi 2 février à 20h50 sur France 2. Numéro inédit du magazine Cash Investigation. Présenté par Elise Lucet. Produit par Premières Lignes.

Une enquête de Martin Boudot.

Il sera question de Preignac

Voir l'article complet
Les abeilles sont-elles capables de résister aux pesticides
Rue89 Bordeaux Tension au forum environnement des vins de Bordeauxce Inter.
Zéro phyto : quels sont les points de résistance ?

De nombreux lecteurs ont réagi suite à la tribune de Jacques My, directeur général de l’Union pour la protection des jardins et des espaces publics, publiée sur notre site le 12 janvier, et qui critiquait l'interdiction au 1er janvier 2017 des pesticides dans les espaces verts. Nous avons voulu aller plus loin et savoir s’il existe encore de véritables points de blocage pour les gestionnaires d’espaces verts sur le passage au « Zéro phyto ».

Lire l'article complet


Écophyto R&D : réduire l'usage des pesticides
Résultats de l'étude sur les itinéraires culturaux économes en pesticides, lancée par l’Inra en 2007, à la demande des ministères en charge de l’environnement et de l’agriculture. Les nombreux résultats de cette étude sont destinés à éclairer la décision publique sur les étapes à franchir dans la réduction de l’usage des produits phytosanitaires, afin de répondre aux engagements du Grenelle de l'Environnement.

Lire le document complet
Emission RMC du 02-02-2016. Interview de Martin Boudot
Les apiculteurs «ont les abeilles»

À quelques heures de l'examen de la loi Biodiversité au Sénat programmée mardi 19 janvier, les membres du syndicat des apiculteurs de Midi Pyrénées et du collectif anti OGM 31 organisent une matinée d'information pour inciter les citoyens à faire pression sur leurs sénateurs, afin qu'ils votent pour l'interdiction des pesticides néonicotinoïdes, tueurs d'abeilles. Ils seront ce dimanche 17 janvier à partir de 10 heures sur le marché de Tournefeuille où ils mettront en scène les dangers des néonicotinoïdes, et la valse-hésitation du Sénat qui a toujours refusé de condamner clairement l'usage agricole de ces produits particulièrement rentables pour les laboratoires Bayer ou Sygenta. En février 2015, Pierre Médevielle sénateur UDI de Boulogne sur Gesse avait été le seul des cinq sénateurs de Haute-Garonne à voter pour l'interdiction du Poncho, du Gaucho ou du Cruiser. Réintroduite par le biais de la loi sur la biodiversité par le député Gérard Bapt et l'ex ministre du développement durable Delphine Batho, l'interdiction est finalement voté en mai 2015 à l'Assemblée nationale.

Depuis plusieurs semaines, le syndicat des apiculteurs de Midi Pyrénées se livre à un important travail de lobbying afin de pousser les sénateurs Haut Garonnais à rejeter les pesticides tueurs d'abeilles. La PRG François e Laborde et Brigitte Micouleau (Les Républicains) se sont déclarées opposées à la poursuite de l'usage des néonicotinoïdes. Alain Chatillon (Les Républicains) et Claude Raynal (PS) n'ont pas donné suite aux sollicitations du syndicat. Mais selon Olivier Fernandez, son président «ces deux sénateurs s'étaient opposés à l'usage de ces pesticides dans le cadre des débats de la commission développement durable du Sénat en octobre 2015».

Toujours utilisés sur les cultures de pommiers, de betteraves, de pommes de terre, et vendus dans les jardineries pour l'entretien des rosiers, les néonicotinoïdes, sont également présents dans les colliers anti puces destinés aux chiens et aux chats. Leur usage fait en revanche l'objet d'un moratoire depuis décembre 2013 sur les cultures de maïs de tournesol et d'orge. Selon le syndicat des apiculteurs de Midi-Pyrénées, ces pesticides sont responsables de la mortalité de 30 % à 35 % du rucher français au cours des dernières années. Un chiffre qui atteint 60 % dans notre région où les néonicotinoïdes très rémanents ont été abondamment utilisés jusqu'en 2013 sur les grandes cultures céréalières du Lauragais, du Gers et du piémont pyrénéen.

 

Publié le 17/01/2016 à 07:08

Une nouvelle étude scientifique alerte sur la présence de pesticides dans l'eau
Une étude allemande publiée en janvier révèle la présence de nombreux pesticides dans nos rivières et nos lacs, à un niveau bien supérieur aux seuils admissibles. Les recherches se fondent sur 160 analyses faites dans de nombreux lacs et rivières des vingt-huit pays européens entre 1972 et 2012. C'est la première fois qu'une étude aussi détaillée est menée en Europe.
Les deux scientifiques de l'université de Coblence-Landau (Rhénanie-Palatinat) révèlent que, sur vingt-trois pesticides recherchés, les concentrations dans l'eau dépassaient les seuils limites dans près de 38 % des cas.
Les normes sont même dépassées dans 93% des cas lorsque les prélèvements sont faits dans les sédiments (tels que la boue au fond de l'eau).
Dans 76 % des échantillons prélevés en France, les concentrations d'insecticides sont supérieures aux seuils limites. La proportion atteint même 93% pour l'Allemagne.
Pour les associations de défense de l'environnement, dont Générations Futures qui relaye l'étude, ces résultats montrent une nouvelle fois que l'homologation des produits phytosanitaires n'est pas respectée. La loi oblige les industriels à garantir que, une fois dans l'environnement, leurs produits ne dépasseront pas les seuils règlementaires. L'étude prouve donc le contraire, sans pour autant préciser si les produits des industriels sont surdosés, ou si ce sont les agriculteurs qui ne respectent pas les quantités de produits à pulvériser. 
“Il y a une proximité très importante entre le monde des décideurs politiques et le monde des affaires”
Voila les questions posées dans cet articles
  • Quelles sont les industries qui utilisent des PE et qui organisent le lobbying visant à court-circuiter le projet européen de réglementation ?
  • Parmi les manœuvres utilisées par ces lobbies pour contrer toute réglementation, retrouve-t-on la stratégie du doute et du déni, inventée par le lobby du tabac ?
  • Pourquoi les décideurs sont-ils si réceptifs à ce lobbying ?
Lire les réponses
13h15 le dimanche. Soigneurs de terres

Une nouvelle façon de voir l'agriculture.

Soixante-dix ans d'agriculture industrielle intensive ont épuisé les sols français. Les rendements baissent et les bonnes terres réduisent comme peau de chagrin. Produits chimiques à gogo et labours agressifs les font disparaître hectare après hectare. Et si la France, vieux pays agricole, se couvrait de champs devenus infertiles dans le prochain quart de siècle ?

Lire l'article total et regarder la video

"Il y a une proximité très importante entre le monde des décideurs politiques et le monde des affaires"
Glyphosate: l'UE se défend contre les critiques



Pesticides Contrairement à l'OMS, l'Autorité européenne de sécurité des aliments juge «improbable» le risque cancérigène du glyphosate, utilisé dans les pesticides.

Lire la suite
Les pesticides interdits prennent toujours l'air
En 2014, cinq molécules chimiques, interdites d’utilisation par l’Etat, ont été détectées dans l’atmosphère poitevine. Comment est-ce possible ?

Lire l'article
Pourquoi et comment réduire les pesticides ?
Rapidement et simplement, il est possible de comprendre les enjeux et les alternatives possibles aux pesticides. Oui,ils nous sont néfastes à tous les niveaux. Oui, les solutions existent pour les éradiquer.

Lire la suite de l'article
Pesticides : une "boîte à outils" donnée aux préfets pour protéger les personnes vulnérables
Le ministère de l'Agriculture donne aux préfets la "boîte à outils" censée leur permettre de protéger les populations vulnérables lors des épandages de pesticides. La mise en œuvre de ces mesures repose sur leur bon-vouloir.

Lire l'article complet
Pesticides: les recommandations de l’Anses « seront appliquées » (Royal)
Les recommandations de l’Agence française de sécurité alimentaire et sanitaire (Anses) sur les néonicotinoïdes, des pesticides accusés de contribuer fortement au déclin des abeilles, «seront appliquées», a affirmé jeudi Ségolène Royal.
Dans un avis remis le 12 janvier à la ministre de l’Ecologie, l’Anses avait recommandé au gouvernement d’étendre un moratoire sur les néonicotinoïdes aux céréales d’hiver.
«Ces recommandations seront appliquées», a déclaré Mme Royal dans une allocution à l’ouverture d’un colloque sur «les perturbateurs endocriniens et leurs effets sur les écosystèmes et la santé humaine».
«Si vous confiez des responsabilités à une agence dont c’est le métier et qu’ensuite on ne suit pas les recommandations, il y a un dysfonctionnement», a-t-elle souligné ultérieurement devant la presse, en marge du colloque.
«Mon travail de ministre de l’Ecologie et du Développement durable c’est d’appliquer les recommandations qui sont faites par l’Anses», a-t-elle dit.
Interrogée sur l’annonce lundi par le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll de la création d’un groupe de travail pour étudier la proposition de l’Anses, Mme Royal a estimé qu’il avait «raison».
M. Le Foll n’est pas favorable à l’interdiction des néonicotinoïdes, jugeant que les agriculteurs n’ont pas aujourd’hui d’alternatives pour remplacer cette catégorie de pesticides très controversée.
«Il faut faire les choses non pas de façon idéologique mais de façon pragmatique», a souligné Mme Royal.
«Il est évident» que les recommandations de l’Anses doivent être «appliquées de façon à ce quelles soient efficaces, qu’elles entrent effectivement en application. Ca se fait en partenariat, et Stéphane Le Foll a raison, avec la profession agricole», a-t-elle dit.
Revoir Cash Investigation
Si vous souhaitez revoir cash investigation voici le lien.
"Les enfants développent un cancer à cause des pesticides !"
Pesticides : le laxisme de l’Europe épinglé





Article du monde. Lire la suite
Le CIVB répond à Cash Investigation
POLLINIS et les abeilles

Nous n'avons jamais été si près d'en finir avec les pesticides tueurs d'abeilles !

 

A force de marteler sans relâche notre message et rassembler les citoyens, de plus en plus de personnes prennent conscience du danger que nous fait courir l'agrochimie en nous imposant des produits qui déciment les abeilles – ces pollinisatrices indispensables à l'avenir des cultures ! – et polluent notre environnement de manière irréversible.


Lire la suite de l'article



Lire la newsletter de POLLINIS

Dr Véronique Vasseur : “Nous vivons dans un pic de pollution quasi-permanent”
Molécules chimiques, perturbateurs endocriniens, particules fines nous affectent quotidiennement. Médecin à l'hôpital Saint-Antoine à Paris, Véronique Vasseur appelle à une insurrection des consciences.

Lire l'article complet
Pesticides, l’enquête de Cash Investigation relance le débat

L’émission Enquête investigation consacrée aux pesticides dangereux ou potentiellement dangereux relance le débat. D’après les chiffres avancés par les journalistes près de 100 000 tonnes de ces pesticides sont utilisés.


Lire la suite de l'article
Epandage de pesticides : le débat s'ouvre. SO 18-01-2016
Pujols-sur-Ciron La vigne et le bio : la force nous vient de la terre

J’étais présent vendredi soir 26février à Pujols sur Ciron, où avait lieu la projection d’un film réalisé par Jean-Pierre Chaudières et Raymond Despujos. Ils ont parcouru le territoire du Sauternais à la rencontre de viticulteurs et d’agriculteurs bio.

Monique Bernard maraîchère à Budos, présenta sont exploitation et sa façon de cultiver ses terres. Elle a indiqué qu’il ne faut pas confondre la culture sauvage avec la culture bio.

Pour les viticulteurs il est à remarquer que Fabrice Dubourdieu fabrique son propre composte plutôt que de mettre des engrais chimiques. Fabrice Dubourdieu et Franck Courbin font tous les deux des vins bio.

Frédéric Nivelle chef de production au Château Climens à Barsac nous a expliqué comment il est passé directement de la culture traditionnelle à la biodynamie sans passer par l’étape bio. En effet certains produits dits bios sont dangereux pour la santé. D’autre part des produits ancestraux comme le cuivre est un polluant des sols et cela pour longtemps. Pour Frédéric Nivelle la biodynamie est à la viticulture ce que l’homéopathie est à la santé. En complément on peut dire que c'est Bérénis Lurton qui gère ce château. La famille Lurton a sans aucun doute compris que demain l'avenir n'est plus aux pesticides.

Plus de désherbant au château Laclotte à Cazalis le désherbage se fait avec un cheval.

Pesticides en Gironde : les vignerons réagissent cash

Plus de trois millions de Français ont regardé mardi soir sur France 2 l’enquête de Cash Investigation. La Gironde, un des départements les plus utilisateurs de pesticides, y est pointé du doigt. Comment y remédier ? Le monde viticole réagit.

Lire l'article complet
Je suis Interdit de CIVB

Article publié samedi par SO le samedi 6 02

Après cet article je suis Interdit de CIVB!

 

Dubourdieu Franck

franck@franckdubourdieu.com

www.bordeauxclassicwine.fr

 

CASH INVESTIGATION PESTICIDES

Cette émission diffusée le mardi 2 février sur France 2 a fait grand bruit dans le landerneau vigneron et auprès des consommateurs. Quand le Ministre de l’Agriculture dit que c’est une bombe à retardement, le Président de l’interprofession viticole bordelaise (CIVB), Bernard FARGES, dans l’interview paru le jeudi 4 février dans S O, ne semble pas s’en émouvoir. Bien au contraire, il défend ses confrères conventionnels, tristement majoritaires à Bordeaux (95% de la surface), tout en cherchant à convaincre qu’il se préoccupe de la question. En fait, il répète une litanie de faux-semblantsdu style,on travaille avec l’INRA pour trouver des cépages résistants - cela fait 20 ans qu’on en parle - ou bien on va demander l’extension au vin de la législation sur les limites maximales de résidus (LMR) qui ne concernent que le raisin!

De tout cela les consommateurs n’en ont cure. Ils veulent l’arrêt des pesticides et de tous leurs effets mortifères. Il aimeraient constater que les instances qui dirigent la viticulture bordelaise font des efforts et prennent des initiatives. Qu'on ne soit plus les derniers dans le classement français des  vignobles Bio avec 5,2 % de la surface viticole (Agrobio 2014); la moyenne de la viticulture française étant de 8 %. C’est en travaillant avec certains viticulteurs Bio qui montrent le chemin avec bonheur, parfois depuis 25 ans, qu’il faut prendre des mesures constructives.Comme par exemple créer une commission technique sur le Bio et la Biodynamie qui, en partenariat avec les organismes comme Agrobio…, pourra assurer une formation des vignerons et les accompagner dans la très risquée conversion. Et surtout abandonner le discours qui veut qu’on ne peut pas faire de viticulture Bio à Bordeaux ou se replier derrière le subterfuge de la lutte raisonnée, inventée en 2005 par l’Union des Industries des Produits Phytosanitaires (UIPP) - habilement renommée Union des Industries de la Protection des Plantes! - pour justement…freiner les conversions.

Dès lors, le CIVB montrera qu'il est vraiment déterminé à promouvoir la viticulture Bio et Biodynamie. Et on pourra alors rêver qu’un jour on puisse déguster au bar du CIVB de tels vins, issus d’une viticulture propre.

Car pour l’instant il n’y en a pas!

 

 

Dubourdieu Franck

franck@franckdubourdieu.com

www.bordeauxclassicwine.fr

Je suis Interdit de CIVB

Article publié samedi par SO le samedi 6 02

Après cet article je suis Interdit de CIVB!

 

Dubourdieu Franck

franck@franckdubourdieu.com

www.bordeauxclassicwine.fr

 

CASH INVESTIGATION PESTICIDES

Cette émission diffusée le mardi 2 février sur France 2 a fait grand bruit dans le landerneau vigneron et auprès des consommateurs. Quand le Ministre de l’Agriculture dit que c’est une bombe à retardement, le Président de l’interprofession viticole bordelaise (CIVB), Bernard FARGES, dans l’interview paru le jeudi 4 février dans S O, ne semble pas s’en émouvoir. Bien au contraire, il défend ses confrères conventionnels, tristement majoritaires à Bordeaux (95% de la surface), tout en cherchant à convaincre qu’il se préoccupe de la question. En fait, il répète une litanie de faux-semblantsdu style,on travaille avec l’INRA pour trouver des cépages résistants - cela fait 20 ans qu’on en parle - ou bien on va demander l’extension au vin de la législation sur les limites maximales de résidus (LMR) qui ne concernent que le raisin!

De tout cela les consommateurs n’en ont cure. Ils veulent l’arrêt des pesticides et de tous leurs effets mortifères. Il aimeraient constater que les instances qui dirigent la viticulture bordelaise font des efforts et prennent des initiatives. Qu'on ne soit plus les derniers dans le classement français des  vignobles Bio avec 5,2 % de la surface viticole (Agrobio 2014); la moyenne de la viticulture française étant de 8 %. C’est en travaillant avec certains viticulteurs Bio qui montrent le chemin avec bonheur, parfois depuis 25 ans, qu’il faut prendre des mesures constructives.Comme par exemple créer une commission technique sur le Bio et la Biodynamie qui, en partenariat avec les organismes comme Agrobio…, pourra assurer une formation des vignerons et les accompagner dans la très risquée conversion. Et surtout abandonner le discours qui veut qu’on ne peut pas faire de viticulture Bio à Bordeaux ou se replier derrière le subterfuge de la lutte raisonnée, inventée en 2005 par l’Union des Industries des Produits Phytosanitaires (UIPP) - habilement renommée Union des Industries de la Protection des Plantes! - pour justement…freiner les conversions.

Dès lors, le CIVB montrera qu'il est vraiment déterminé à promouvoir la viticulture Bio et Biodynamie. Et on pourra alors rêver qu’un jour on puisse déguster au bar du CIVB de tels vins, issus d’une viticulture propre.

Car pour l’instant il n’y en a pas!

 

 

Dubourdieu Franck

franck@franckdubourdieu.com

www.bordeauxclassicwine.fr

Compte rendu de la réunion pesticides du 14-01-2016
Lire le compte rendu de la réunion du 14-01-2016
Impact des pesticides sur la population: "On est devant un scandale sanitaire potentiel"
Voir la vidéo
Questions diverses conseil du 25 janvier 2016
Le compte rendu de ce conseil est tellement succinct qu'il m'a semblé indispensable de mettre en ligne l'enregistrement audio de cette partie du conseil

Ecouter les questions diverses sans coupure ni montage


Vous pouvez aussi écouter la totalité du conseil du 25 janvier 2015

Impact des pesticides sur la population: "On est devant un scandale sanitaire potentiel"
Nous allons parler de Preignac à Paris
Cartes des sites sensibles en Gironde. Sud Ouest du 08-04-2016
Bordeaux en marche contre les pesticides
Lire l'article de YANN SAINT-SERNIN
Lire l'article de YANN SAINT-SERNIN
Neipperg-Planty : Bordeaux doublement bio

Alors que le sujet des pesticides reste vif dans le Bordelais, Stephan von Neipperg (Château Canon la Gaffelière, La Mondotte) et Xavier Planty (Château Guiraud) ont fait une croix sur la chimie. Interview sans résidus.

Lire la suite

Jefferson Desport 5 avril 2016
Appel de Montpellier: Passer à un niveau supérieur d’alerte et de prévention pour limiter les risques sanitaires et écologiques des pesticides
Réunis le lundi 26 août à Montpellier, chercheurs, praticiens, militants d’ONG, élus politiques, voulons lancer un cri d'alerte concernant l’atteinte des objectifs du plan Ecophyto 2018, qui visait à la réduction de 50% des quantités de pesticides utilisées en France à l’horizon 2018. Malgré une diminution nette des quantités vendues depuis 1998, nous constatons, à ce jour, que les ventes de pesticides ne diminuent pas depuis trois ans. Le constat est alarmant : 90% des cours d’eau du pays connaissent, selon le Commissariat général au développement durable, une « présence généralisée » de pesticides.

Lire la suite

Étonnant la signature de Mme Delaunay qui après veut une commission d'étude ave M. Savary. C'est la preuve qu'il faut gagner du temps. Les élections approchent.

Echange de courrier avec l'ARS

Au cours d’un conseil municipal, j’ai demandé à Monsieur le Maire de faire un courrier à l’ARS afin qu’une étude épidémiologique soit faite sur les cancers des adultes sur la commune.

Ce courrier a été fait demandant autre chose que ce que j’avais demandé. En particulier il reprenait les termes du Directeur de l’ARS lors des différentes réunions et demandait qu’une "étude épidémiologique sur l’adulte et l’enfant soit menée sur les zones viticoles de tout le territoire national".

J’ai donc décidé de faire un courrier au Directeur de l’ARS pour formuler ma demande. Ce courrier apporte des précisions concernant par exemple des analyses d’air, les statistiques de cancers sur Preignac, ces statistiques existent, etc. Vous pouvez lire le courrier que j’ai adressé et la réponse langue de bois de l’ARS. Chacun pourra remarquer que la réponse qui m’a été faite, l’a été la veille de la diffusion de Cash Investigation. Cette réponse est une réponse administrative qui ne répond à aucune des questions posées.

Lire le courrier adressé à l'ARS


Lire la réponse à ce courrier

Au cours d’un conseil municipal, j’ai demandé à Monsieur le Maire de faire un courrier à l’ARS afin qu’une étude épidémiologique soit faite sur les cancers des adultes sur la commune. Ce courrier a été fait demandant autre chose que ce que j’avais demand
Mathieu Delong Je suis vigneron depuis 14 ans et mon pére l'a été 30 ans de plus avant moi. Je suis resortit du visionnage de cette émission, honteux , en colére, coupable et victime. Honteux parce que je sais que les produits utilisés polluent, malgré la réduction de dose que je m'impose, malgré le recours le plus possible aux produits homologués bio. Je me contamine, je contamine mes ouvriers et mes voisins. Je suis en colére et victimes car j'ai perdu ma mére à 51 ans d'une leucémie. Elle était en permanence dans les vignes et hier soir la leucémie a été démontré que la leucémie était une maladie courante pour notre population. Victime car étant dans une aoc, aussi grande qu'une aire de vin de pays (l'aoc bx et bx sup) avec une concurrence tellement forte, je n'arrive pas à augmenter mon prix de vente succeptible de me garantir une rentabilité. Avec 38 ha et les emprunts qui vont avec je ne peux me permettre de perdre une demi récolte simplement. Cela reviendrais encore une fois à travaillé pendant 15 ans sans salaire pour sauver mon entreprise en vivant sur le salaire de ma femme et ça je n'en ai plus la force morale.
"Sortir des pesticides cela va être compliqué" en Médoc
Gironde: l'inquiétude monte à l'approche de la campagne d'épandage de pesticides
Regarder Grand Angle de BFMTV.

Regarder la vidéo
Ecouter F. Veillerette Générations futures ce matin 10-03-2016 sur RMC
Pesticides : les cancers d’enfants intriguent toujours le Sauternais

Tout le monde le dit : la situation est inhabituelle à Preignac, en Gironde. Mais personne ne s’accorde sur les raisons. L’Institut de veille sanitaire constate un « excès faible » des cas de cancers d’enfants dans la commune du Sauternais sans toutefois lever le doute quant à leurs liens avec les épandages de pesticides.

Lire l'article complet
Pourquoi le ministère de l’Agriculture continue-t-il d’entraver les alternatives aux pesticides ?
L’enquête de Cash Investigation diffusée le 2 février rappelle un scandale sanitaire toujours à l’œuvre : les pesticides cancérigènes, mutagènes ou reprotoxiques qui sont déversés par milliers de tonnes chaque année, dans tous les départements. Qu’en est-il des alternatives à ces molécules chimiques de synthèse ? La loi d’avenir agricole de juillet 2014 devait favoriser la commercialisation des préparations naturelles comme le vinaigre blanc, le sucre ou l’argile. Or, le décret permettant leur mise sur le marché traîne au milieu des piles de dossiers du ministère... À ce jour, pulvériser sur ses cultures une tisane de plantes reste passible de poursuites. Quant à l’agriculture bio, sans pesticides, elle n’est pas suffisamment soutenue.

Lire la suite
Bientôt un arrêté, en Corrèze, pour encadrer les pulvérisations de pesticides à côté des personnes vulnérables
La préfecture de la Corrèze vient de lancer, ce jeudi, une consultation du public pendant trois semaines. Les Corréziens peuvent donner leur avis avant qu'elle prenne un arrêté préservant du risque d'exposition les établissements accueillants des personnes vulnérables.

Lire la suite de l'article
Comprendre les problèmes posés par les pesticides en 5 minutes
La consommation française de pesticides est de l’ordre de 67 000 tonnes par an. Ce qui place la France au deuxième rang européen en la matière. Cette consommation, qui concerne l’agriculture, mais aussi l’industrie, avait baissé à la fin des années 1990. Elle est repartie à la hausse depuis 2011. Aujourd’hui, un vent de révolte gronde contre cet usage intensif des pesticides, notamment dans l’agriculture.

Voir la vidéo
Tout ce qu’il faut savoir sur les pesticides
Alors que l’usage de pesticides dans les campagnes françaises ne cesse de grandir, tout autant que la conscience des risques qu’ils présentent pour la santé et l’environnementla onzième semaine pour les alternatives aux pesticides s’est ouverte du 20 au 30 mars, avec au programme des centaines d’événements, dont une « marche verte citoyenne » samedi à Paris. L’occasion de faire un tour d’horizon des dernières informations sur ce sujet.

Lire la suite



Entre pesticides et cancer, le lien est établi
L'équipe lauréate du Prix La Recherche a montré comment les pesticides agissent sur le système immunitaire, faisant naître des globules blancs protégés de la mort cellulaire et susceptibles de devenir cancéreux.

Lire le suite de l'article
RTL info L'Europe veut accorder plus facilement le label bio et provoque la colère des agriculteurs

L'Europe veut accorder plus facilement le label bio et provoque la colère des agriculteurs: "Nous sommes vexés et fâchés"

Lire la suite de l'article
Pesticides : pourquoi le vignoble bordelais traîne les pieds
L'émission "Cash investigation" diffusée le mardi 2 février sur France 2 a fait grand bruit dans le landerneau vigneron et auprès des consommateurs. Quand...

Lire l'article complet de Franck Dubourdieu
Exclusif : le palmarès des pesticides interdits… les plus vendus en France

L’industrie agrochimique et les lobbys agricoles ont trouvé des subterfuges pour détourner la législation sur les pesticides interdits : les dérogations. Alors que Bruxelles propose la "ré-autorisation" du glyphosate (le fameux désherbant Round Up) pour dix ans, l’Europe vient d’accorder 19 dérogations à la France pour des substances prohibées. C’est l’une des astuces expliquant que l’on retrouve dans les chiffres de vente, que nous dévoilons, des pesticides interdits.

Lire la suite
Pesticides le CIVB veut en sortir
Pesticides : 400 témoignages de victimes sur la carte de France

L'association Générations Futures publie ce jeudi une carte qui recense 400 témoignages de victimes des pesticides en France. France Info a pu la consulter.
C'est une carte édifiante que publie ce jeudi l’association Générations Futures. Elle recense des citoyens, des collectifs, des associations qui luttent dans leur région contre l'exposition aux pesticides. A travers des témoignages vidéo, ils expliquent comment ils se sont retrouvés concernés par les pulvérisations de produits chimiques.

Lire la suite
Allô Docteurs! sur France 5 – Reportage sur les pesticides avec F. Veillerette
Allo Docteur diffusion du 04-03-2016. F. Veillerette, Président de Générations Futures.

Regarder la vidéo 

Chronique d'Hérvé Chaballier le 05-03-2016
Communiqué de presse de la confédération paysanne de la gironde
Communique de presse la confédération paysanne à la suite de l'émission cash investigation.

Lire le communiqué
Dordogne : des viticulteurs perturbent sexuellement les insectes

Pour éviter de recourir aux pesticides, ces professionnels ont mis en place une nouvelle technique révolutionnaire. France 3 fait le point sur cette méthode

Voir la vidéo et lire la suite
PICQUIGNY (80) Malaises à l’école après un épandage de pesticides

Une dizaine d’élèves de l’école de La Vigne, à Picquigny, ont été incommodés après le traitement d’un champ voisin, avec des produits phytosanitaires. Le lien reste à établir.

Lire l'article
Mesures agro-environnementales des AOC
Le 21 avril, la CNAOC tiendra son congrès à Cognac. Bernard Farges, président de l’organisation, revient sur les grands thèmes qui animeront ce rendez-vous annuel.

La Commission européenne travaille sur la simplification des règles de l’OCM. Quelques textes ont fuité en début d’année, ce qui a provoqué de fortes inquiétudes au sein de la CNAOC. Finalement, le Commissaire Hogan a expliqué que ces textes n’avaient pas de portée. Une nouvelle mouture sera présentée à l’automne prochain. Selon vous quels sont les sujets qu’il faut simplifier ?


Lire la suite

Lundi 18 avril 2016 par Marion Sepeau Ivaldi
Pesticides les sites sensibles. Sud ouest du 08-04-2016
Greenpeace parle des pesticides

Qu'est-ce qu'un pesticide ?

Les pesticides sont un nom générique donné à ces substances chimiques, que l'on peut classer en trois familles principales : ceux destinés à éliminer les champignons (fongicides), les insectes (insecticides) et les mauvaises herbes (herbicides). Ils ont pour point commun la lutte contre des organismes vivants considérés comme nuisibles pour les cultures, voire pour l'homme.

Lire la suite
Lettre de Franck Dubourdieu à Michel Delaunay

Chère Madame,

Vous ne vous souviendrez certainement pas de moi.

Nous avons covoituré pour aller à la fête de la Fleur chez Alfred Tesseron, il y a quelques années; lequel en l’occurrence a donné le premier exemple de cru classé en Bio dans le Médoc, suivi par ch. Palmer récemment.

J’ai lu dans SO que vous avez évoqué de lancer des études pour juger de la dangerosité des pesticides.

Je me permets de vous inviter à lire sur mon blog www.bordeauxclassicwines.fr (dont lien ci-dessous) l’article: «Le vin Bio est-il meilleur»?.

http://bordeauxclassicwine.fr/2015/09/le-vin-bio-est-il-meilleur.html

Vous constaterez que les études épidémiologiques sont très nombreuses en France et dans le monde pour avérer les liens de causalité entre de nombreuses maladies graves et l’usage de pesticides.

Je cite en particulier celles de:

INSERM

ISPED à Bordeaux de Mme Isabelle Baldi

MSA

CRIIGEN du Pr G. Seralini

Association Générations Futurespour l’enquête Apache

Et les ouvrages suivants qui dénoncent depuis longtemps ce scandale de santé publique :

Pesticides. Révélations sur un scandale français, Fabrice Nicolino et François Veillerette, Ed. Fayard, 2007 Pesticides le piège se referme, François Veillerette, Ed. Terre Vivante, 2002

 

Bref, tout cela, chère Madame, pour vous dire que les consommateurs, de plus en plus alertés sur ce sujet*, n’attendent pas une nouvelle preuve mais tout simplement une décision politique d’interdiction des pesticides en agriculture à un horizon à définir.

Puisqu’ils sont interdits à la vente pour nos jardins et pour les espaces verts publics, pourquoi ne le seraient-ils pas pour ce que nous mangeons, ce que nous buvons…et à Bordeaux, par vent de Nord-Ouest, pour ce que nous respirons?

Très sincèrement

Franck Dubourdieu

franck@franckdubourdieu.com

www.bordeauxclassicwine.fr

 

*cf l’émission récente «Cash investigation» dont le je vous joins ci-après la copie d’un article paru dans SO en réaction aux Propos insensés de Bernard Farges, président du CIVB. Ce qui m’a valu le titre honorifique de «Interdit de CIVB» 
Article publié samedi par SO le samedi 6 02. Après cet article je suis Interdit de CIVB!

Une centaine de substances autorisées pour se passer des pesticides !
Purin d’ortie, préparations au livèche, huile de Neem… Les jardiniers refusant d’utiliser les pesticides se tournent souvent vers les plantes pour préparer leurs propres mélanges naturels. Aucun problème semble-t-il, sauf que la plupart de ces substances naturelles n’étaient pas autorisées par le gouvernement français, jusqu’à ce qu’un nouveau décret entre en jeu le 30 avril dernier. Ainsi, une centaine d’entre elles sont aujourd’hui autorisées, ce qui est certes un bon début, mais encore trop peu selon l’Association pour la promotion des PNPP (ASPRO-PNPP).

Lire la suite
Néonicotinoïdes : le plaidoyer des apiculteurs aux sénateurs pour la survie des abeilles
Les apiculteurs demandent aux sénateurs d'interdire les néonicotinoïdes, des pesticides qui seraient responsables de la mort de 30% des abeilles chaque année. En Auvergne une quarantaine d'apiculteurs professionnels et environ 2 000 amateurs sont concernés.


Lire la suite et voir la vidéo
GLYPHOSATE : CONFLITS D’INTÉRÊT EN ALLEMAGNE, DANGER POUR LA SANTÉ PUBLIQUE EN EUROPE
La Commission européenne doit se prononcer cette année sur le renouvellement d’autorisation du très controversé pesticide glyphosate. Elle s’appuiera sur la décision d’un comité d’experts, qui se réunira les 18 et 19 mai prochain, au sein duquel figure l’Institut fédéral allemand d’évaluation des risques (BfR). Celui-ci est chargé de réévaluer la toxicité de la molécule phytosanitaire au nom de l’Union européenne. Mais son expertise pose de graves problèmes déontologiques, selon certaines ONG : la majorité des membres du groupe d’experts pour les pesticides au sein du BfR entretient des liens, directs ou indirects, avec l’industrie agrochimique.

Lire la suite

Article du 11-04-2016 Le quotidien Sud Ouest publie une carte des communes dont les écoles sont directement exposées aux pesticides, d’après des données préfectorales. Lire la suite

Article du 11-04-2016

Le quotidien Sud Ouest publie une carte des communes dont les écoles sont directement exposées aux pesticides, d’après des données préfectorales.

Lire la suite

Faits et écrits après l’émission cash investigation-pesticides et l’affaire de Villeneuve

Les vins de France et particulièrement les vins de Bordeaux sont dans le collimateur des journalistes à cause de leur pollution par les pesticides. Le CIVB, l’Interprofession du vin de Bordeaux, fait obstacle au développement d’une viticulture propre. Tous les moyens sont bons pour décourager ceux qui voudraient se convertir, y compris la dénonciation calomnieuse. Il n’en faut pas plus aux journalistes pour aiguiser leur plume. Au lieu de travailler ardemment dans le sens de l’histoire future, en encourageant les vignerons à changer de pratiques, le CIVB préfère rester orgueilleusement sur sa position sous prétexte qu’il représente la majorité des vignerons (qui est en viticulture conventionnelle). Quand la presse étrangère va relayer le malaise bordelais des vins pollués, touchant de plein fouet les exportations, il faudra bien changer les hommes à la tête de l’Interprofession. A moins qu’eux-mêmes ne fassent un mea culpa tardif pour ouvrir leur Maison (CIVB) à la viticulture de demain. «Demain» est d’ailleurs un excellent film que je leur recommande d’aller voir de toute urgence.

Lire l'article complet 

Dubourdieu Franck

franck@franckdubourdieu.com

www.bordeauxclassicwine.fr

 

Pesticides dans le Bordelais : comment en réduire l'usage ?
Vous pouvez le réécouter cette émission sur :www.franceinter.fr/player/reecouter?play=1257143
Les vins de Bordeaux veulent « sortir des pesticides »
Pour la première fois de son histoire, le Comité interprofessionnel du vin de Bordeaux vient de se positionner pour « une sortie de l’usage des pesticides », mais sans en préciser le calendrier. Riverains et associations multiplient les pétitions alertant sur les conséquences des pesticides sur la santé des viticulteurs. À Hong Kong, Vinexpo s’est ouvert mardi 24 mai.

Lire la suite
Les sénateurs étrillent la loi sur la biodiversite
Jusqu’à présent, la future loi-cadre en faveur de la biodiversité, déposée par le gouvernement en mars 2014, avançait laborieusement mais plutôt favorablement. Son premier passage devant le Sénat, en janvier 2016, semblait même avoir bénéficié de l’effet COP21. Mais voilà que le projet de texte pour la « reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages » se confronte à un rude retour à la réalité à l’occasion de sa deuxième lecture par la haute assemblée.

En savoir plus 
Les mobilisations des victimes de pesticides ont-elles modifié les pratiques des viticulteurs languedociens ?
L’article propose de s’interroger sur une inflexion éventuelle des conceptions qu’ont les viticulteurs des maux qu’ils subissent lorsqu’ils épandent des pesticides. Désormais en effet des victimes de pesticides se sont constituées en association et ont impulsé la reconnaissance de maladies professionnelles, ce qui constitue une rupture. Sur le terrain enquêté une décennie auparavant, la rupture semble pourtant limitée. En effet, les infléchissements contemporains du métier semblent plutôt être liés à la nouvelle crise que subissent les viticulteurs et qui contraint leur travail, surtout en l’individualisant. Quant à leurs manières de traiter, elles varient peu. Tandis qu’ils ne s’alertent pas de la mortalité anormale qu’ils constatent parfois chez leurs pairs, les maux qu’ils endurent en épandant ne semblent pas les alerter plus qu’auparavant. Ils en dénient toujours la portée en les dissolvant dans la vaste catégorie des maux quotidiens de leur travail. Pour les employeurs de main d’œuvre, effectuer des traitements devient désormais juridiquement risqué. En dehors du monde viticole, ce sont surtout les riverains, particuliers ou institutions, qui interpellent les auteurs d’épandages. Tandis que les collectivités locales se préoccupent de la qualité de leurs eaux potables. Quant au marché, il se propose comme juge à charge aussi. La demande de vin bio s’accroit, et les clients des cavistes voire des œnologues interpellent les viticulteurs sur leur usage des pesticides. En dépit de ces inflexions, le déni des viticulteurs de la portée des maux qu’ils subissent semble encore pour la plupart la seule stratégie envisageable.

Lire la suite
Néonicotinoïdes : un Girondin parmi les « sénatueurs d’abeilles »
Le Sénat débattra à partir de ce mardi du projet de loi sur la biodiversité, et de l’amendement interdisant les insecticides néonicotinoïdes. Ce dernier a été supprimé la semaine dernière en commission du développement durable, suite à l’adoption d’un amendement déposé par 8 sénateurs, dont le Girondin Gérard César (Les Républicains).

Lire la suite
Nicolas Hulot : ‘la bataille contre les néonicotinoïdes n’est pas terminée’
Alors que l’Assemblée nationale vient de voter l’interdiction de l’utilisation des néonicotinoïdes pour 2018, le 17 mars dernier, c’est au tour du Sénat de se prononcer sur le sort de ce projet de loi. Les Sénateurs ont jusqu’au 10 mai pour rendre leurs conclusions.

Lire la suite
L'herbe bientôt de retour sur nos trottoirs et dans nos rues
Prévue pour 2020, la loi interdisant l'usage de produits phytosanitaire par les communes rentrera finalement en application en décembre. Face à un manque de solutions efficaces pour désherber, il faudra accepter de voir de l'herbe pousser en ville.

Lire la suite
L’« Atlas de la France toxique » dresse l’inventaire des sites les plus pollués
Des pesticides à la pollution de l’air, en passant par les déchets de marées noires, les boues de dragage ou encore les PCB : à travers 36 cartes, Atlas de la France toxique, publié le 4 mai par l’association Robin des bois aux Editions Arthaud, dresse un inventaire des pollutions et des risques qui menacent l’environnement et la santé sur notre territoire.

Lire la suite
Votre département est-il un grand consommateur de pesticides ?
Des pesticides à la pollution de l’air, en passant par les déchets de marées noires, les boues de dragage ou encore les PCB : à travers 36 cartes, Atlas de la France toxique, publié le 4 mai par l’association Robin des bois aux Editions Arthaud, dresse un inventaire des pollutions et des risques qui menacent l’environnement et la santé sur notre territoire.

Lire la suite
L’« Atlas de la France toxique » dresse l’inventaire des sites les plus pollués
Des pesticides à la pollution de l’air, en passant par les déchets de marées noires, les boues de dragage ou encore les PCB : à travers 36 cartes, Atlas de la France toxique, publié le 4 mai par l’association Robin des bois aux Editions Arthaud, dresse un inventaire des pollutions et des risques qui menacent l’environnement et la santé sur notre territoire.

Lire la suite
L'«Atlas de la France toxique» dresse la liste des sites les plus pollués
L'association de protection de l'environnement Robin des Bois publie, ce mercredi, un atlas «violent» mais «réaliste» qui a pour but d'informer le public pour qu'il soit prêt à interpeller les responsables.

Lire la suite
Sud-Manche : la mairie d'Avranches sensibilise ses habitants au zéro pesticide
La Ville d'Avranches a décidé de ne plus traiter ses espaces verts avec des pesticides. Elle invite les Avranchinais à suivre son exemple.

Lire la suite
Pesticides: lancement de la consultation publique sur les sanctions pour les vendeurs
Paris (AFP) – Le ministère de l’Agriculture a lancé lundi une consultation publique sur les modalités des Certificats d’économie de produits phytopharmaceutiques (CEPP), mesure visant à contraindre, voire à sanctionner, les vendeurs de pesticides afin qu’ils encouragent une utilisation plus modérée de ces produits.

Lire la suite 
Le Républicain Sud Gironde 05-05-2016
Caroline Frey: «Le vin biologique est de meilleure qualité»
INTERVIEW - Alors que le débat sur les pesticides agite le Médoc, la propriétaire des 110 hectares du Château La Lagune explique pourquoi elle se convertit à la culture biologique.

Lire la suite

Les alternatives aux pesticides de synthèse enfin autorisées
La « guerre de l’ortie » va-t-elle prendre fin ? Voilà plus de dix ans que des associations luttent pour que les préparations naturelles dites « peu préoccupantes » (PNPP), comme le purin d’ortie, de prêle mais aussi l’argile ou le vinaigre blanc, ne soient plus soumises aux mêmes règles que les substances chimiques de synthèse (pesticides, engrais...). L’homologation de ces préparations naturelles alternatives se révélait jusque-là non seulement coûteuse – 40 000 euros en moyenne pour le dépôt d’un dossier – mais aussi très chronophage – plusieurs années pour obtenir l’homologation. En juillet 2014, un pas législatif avait été franchi, avec l’adoption de la loi d’avenir agricole qui reconnaît un régime simplifié pour l’utilisation et la commercialisation des PNPP.

Lire la suite
Pesticides: Royal réaffirme l'opposition de la France au glyphosate
Ségolène Royal a répondu, ce lundi, à l'ONG Générations Futures qui réclamait des précisions sur le choix de la France concernant l'autorisation du glyphosate, substance utilisée dans des pesticides. La ministre de l'Environnement a publié sa réponse sur twitter en fin de journée.

Lire la suite

Pesticides: lancement de la consultation publique sur les sanctions pour les vendeurs
Paris (AFP) - Le ministère de l'Agriculture a lancé lundi une consultation publique sur les modalités des Certificats d'économie de produits phytopharmaceutiques (CEPP), mesure visant à contraindre, voire à sanctionner, les vendeurs de pesticides afin qu'ils encouragent une utilisation plus modérée de ces produits.

Lire la suite
A Bordeaux, l’effet papillon de Cash Investigation
On dira ce que l’on veut. Il arrive encore que la presse exerce réellement son « quatrième pouvoir ». A peine un mois après la diffusion de l’émission Cash Investigation sur les pesticides où la Gironde s’inscrivait en noir, le Comité interprofessionnel des vins de Bordeaux (CIVB) « se dit prêt à diminuer voire supprimer l’usage des pesticides ». Ainsi le rapporte Sud-Ouest . Le quotidien régional évoque « un coup de tonnerre lors de l’assemblée générale » du CIVB. « Bernard Farge n’a pas mâché ses mots », rapporte de son côté Colette Goinère dans Vitisphere . Les précautions préalables d’usage faites, il accuse  « les firmes phytosanitaires qui  « se permettent de préconiser le port d’EPI au-delà du délai de réentrée  sur les parcelles et sans limite » qui fait de la viticulture « un  otage de leur cynisme ».Science et Avenir  lève un sourcil : «  A quand la fin des pesticides dans le bordeaux ».  Et relève : « Le vin est sous pression : la filière bordelaise est sous le feu des critiques d'associations et de riverains qui dénoncent les effets toxiques d'herbicides et fongicides de synthèse sur la santé et l'environnement ». De Québec, Marc André Gagnon s’exclame : « Fin des pesticides à Bordeaux ? Le titre est fort !». Il commente et poursuit : « Le CIVB est poussé de tout bord par les organisations écologistes et celle de défense de la santé qui accusent les producteurs de vins de Bordeaux de polluer la région et de nuire à la santé de ses habitants. De plus, la région a été frappée par deux «accidents» assez graves touchant la santé d'enfants et d'écoliers du département. Les épandages de pesticides près des écoles ont fait grand bruit dans la région. Le CIVB accusé de traiter à la légère les craintes des citoyens se devait donc de faire preuve d'un peu plus de compassion et d'empressement ». L’article est illustré par la carte diffusée par Cash Investigation. Plus sévère ou moins naïf, Richard Werly écrit dans Le Temps suisse   : « Prôner la "sortie" des pesticides ressemble fort à une annonce destinée surtout à calmer le jeu médiatique et à rassurer les acheteurs de vin français, surtout à l’étranger». On pense à une sortie de piste sur un circuit de Formule 1.
Vidéo de l'émission 36°9
Vous pouvez retrouver l'émission de la télévision Suisse sur les pesticides et en particulier Preignac.

Voir la vidéo
FLUOR, UN AMI QUI VOUS VEUT DU MAL
En 2010, l'Organisation mondiale de la santé a classé le fluor, substance familière préconisée durant des décennies pour prévenir les caries, parmi les dix produits chimiques posant un problème majeur de santé publique, aux côtés de l'amiante, de l'arsenic ou des dioxines. Ce faux ami, dont les vertus ont été
vantées par la publicité, se trouve dans de nombreux produits de consommation courante ou encore sous forme de composants dans les poêles, les vêtements ou encore les emballages. La dose maximale, au-delà de laquelle les dangers sont réels pour la santé, est vite franchie. Enquête.

Voir la vidéo
Le budget d’Ecophyto 2 est presque doublé
Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, a annoncé un renforcement du budget dédié au plan Ecophyto 2 à l’occasion du Comité d’orientation stratégique du plan, qui s’est déroulé le 19 avril.

Lire la suite
Provence : quand des vignerons acceptent d'enfouir des déchets sous leur cépage

Le rosé des Côtes de Provence, c'est un vin d'excellence qui fait la renommée du sud de la France. Une renommée qui pourrait être salie par des morceaux de carrelage, de béton et d'autres objets plus surprenants : plastique de canalisation, gaine électrique. Ces dernières années, Robert Durand, le président d'une association écologiste, a dénoncé en justice des vignerons qui ont accepté d'utiliser des déchets d'entreprises de travaux publics pour façonner leur terrain.

Déchets contre rémunération

Un des propriétaires concernés n'a pas souhaité répondre aux questions de France 2, mais en caméra cachée, il affirme avoir accepté de la terre, pas les déchets. Pourtant, cette pratique semble être courante dans la région. Plutôt que de payer 10 euros la tonne à une décharge, les sociétés de travaux publics contactent les viticulteurs, qu'elles rémunèrent deux ou trois euros la tonne pour enfouir ses déchets, sous les cépages. Il s'agit là d'une pratique frauduleuse : pour garder l'appellation protégée Côte de Provence, les viticulteurs ont l'interdiction de mélanger la terre locale avec la terre extérieure. Il existe pourtant des solutions pour les sociétés de travaux publics.

Voir la vidéo

Où en est la mesure des pesticides dans l’air ambiant ?

La 4e conférence environnementale a débuté lundi 25 avril. À l’issue de la précédente conférence, le premier ministre Manuel Valls avait promis le lancement d’une étude de surveillance des pesticides dans l’air ambiant, pour répondre notamment à la problématique de l’exposition des riverains de zones agricoles.

Le point avec Mathilde Merlo, chef d’unité « phytopharmacovigilance et observatoire des résidus de pesticides », Direction d’évaluation des risques à l’Anses.

Lire la suite
Les vins de Bordeaux veulent "sortir des pesticides"

En plein débat sur les impacts de la viticulture sur la santé,leConseil Interprofessionnel du vin de Bordeaux se positionne pour une sortie de l’usage de pesticides.

 

Lire la suite

Arrêté préfectoral 22 avril 2016
fixant les mesures destinées à préserver lieux et établissements accueillant des personnes vulnérables au risque d'exposition aux produits phytopharmaceutiques

Lire l'arrêté
Gironde: Le nouvel arrêté sur l'épandage des pesticides, une « régression » pour les militants
Un nouvel arrêté encadrant l'épandage des produits phytosanitaires vient d'être pris par la préfecture de la Gironde. En excluant du champ de l'arrêté les produits dits à faible risque, les militants estiment que la préfecture propose un texte "régressif"...

Lire la suite
Pesticides : la carte de France des personnes exposées

L’ONG Générations Futures publie une carte rassemblant les témoignages de victimes de pesticides, riverains comme agriculteurs, ainsi que les acteurs locaux qui militent pour un usage plus régulé.


Voir la suite
Pesticides : quand l'envie de se mettre au vert tourne au cauchemar

TÉMOIGNAGE - L'association Générations Futures publie ce jeudi une carte qui recense près de 400 témoignages de victimes de pesticides en France. L'occasion pour metronews de recueillir celui de Patricia, qui vit depuis quinze ans en pleine zone d'arboriculture intensive.

Lire la suite
Pesticides "un sujet qui monte"
Article Sud ouest du 22-04-2016

Pesticides "un sujet qui monte"
Pesticides : le plan Ecophyto 2 entre dans sa phase opérationnelle
Plusieurs éléments du plan Ecophyto 2 ont été actés par le ministre de l'Agriculture lors du comité d'orientation stratégique. Les indicateurs de suivi du plan et le dispositif des certificats d'économies de pesticides se précisent.

Lire la suite
Allo docteurs France 5 le 11-04-2016
Pesticides quelles conséquences sur notre santé ?

Voir la vidéo
Professeur de Cancérologie Dominique Belpomme
Pour ceux qui n'ont pas vu l'émission C à vous sur France 5 voici le Médecin et Professeur de Cancérologie Dominique Belpomme qui parle de son livre Comment naissent les maladies, publié aux éditions Les Liens qui Libèrent. A regarder d'urgence et partager le plus possible.

Voir la vidéo
Palmer : la biodynamie pour « faire des grands vins »

Aux dires de son directeur général, Thomas Duroux, si le 3ème grand cru classé de Margaux est intégralement passé en biodynamie en 2013, avec une certification à l’horizon 2017, c’est par conviction, avant toute ambition commerciale.

2015 est le deuxième millésime intégralement en biodynamie pour le château Palmer. Quelle a été la réaction du marché à cette conversion ? « La filière n’a pas réagi de manière significative car on n’en a pas fait une publicité particulière. Pour nous, ce n’est pas véritablement un argument commercial. On ne veut pas que nos vins soient achetés parce qu’ils sont en biodynamie, mais parce qu’ils plaisent. » Il constate néanmoins : « Je pense que cela ne laisse personne indifférent. Il y a un regard bienveillant sur cette démarche. J’ai la conviction profonde qu’une viticulture vertueuse qui abandonne l’usage des pesticides, herbicides, fongicides issus de la chimie, est la direction qui semble la plus naturelle. Les propriétés qui font et veulent faire des grands vins n’auront pas d’autre choix que d’aller dans ce sens. »
Quel a été l’impact de cette conversion sur les vins du château Palmer ? « Ce n’est pas forcément évident à dire car la biodynamie est un long processus. Mais c’est comme si on avait dépoussiéré notre terroir et qu’on en retrouvait les détails. La viticulture issue de l’agrochimie avait un peu tendance à uniformiser. Avec la viticulture biodynamique, on retrouve des typicités plus nettes. Nos vins ont plus d’identité, de précision, et de lisibilité. »

Laura Bernaulte 7 avril 2016

Xavier Planty : le bio, « inéluctable pour les grands crus »
Le copropriétaire du château Guiraud, premier grand cru classé de Sauternes, certifié bio depuis 2011, croit à une viticulture plus respectueuse de l’environnement. Et l’affirme haut et fort.

Tous les grands crus sont-ils amenés à passer au bio ? « Ça me paraît un point de passage obligé » affirme Xavier Planty. « Aubert de Villaine à la Romanée-Conti dit d’ailleurs depuis longtemps qu’il est anormal que les grands crus ne soient pas tous en bio. » Et d’expliquer : « Le raisonnement d’une marque est global, sur les qualités gustatives,mais aussi sur le comportement éthique. Derrière un grand cru, il y a forcément la promesse du vin et de la fidélité de la marque par rapport à son public. » Parmi les grands crus bordelais, le copropriétaire note « déjà un élan, mais des impossibilités dans certains crus, des incapacités d’humeur dans d’autres, et des blocages sociaux dans le troisième cas. » Et d’ajouter : « chacun ses problématiques. Chacun sa recette. » Optimiste, il constate néanmoins qu’à Bordeaux, « dans des appellations comme Sauternes, 10% de l’appellation est en bio, c’est énorme. D’autres sont aussi très avancées, comme les Côtes-de-Castillon. Il y a une certaine émulation. » Et de conclure : « Un cercle vertueux, ce serait bien. »

Laura Bernaulte 7 avril 2016 

Commentaire : M. Planty vous n'avez pas été le premier à faire du bio. Contrairement à ce que vous dites des petits propriétaire ont fait du bio sur des propriétés de 10 Ha plusieurs années avant vous. La finalité c'est la biodynamie comme au château Climens de la famille Lurton ou au château Palmer.
Libournais les pesticides sont revenus sur la table
Désherbant
La campagne de désherbant vient de commencer

Sud Ouest Dimanche 27-03-2016


Consultation du public du 17 mars au 8 avril 2016 sur le projet d'arrêté préfectoral encadrant l'utilisation des produits phytopharmaceutiques à proximité des établissements accueillant des personnes vulnérables
Objet : projet d'arrêté fixant les mesures destinées à préserver lieux et établissements accueillant des personnes vulnérables au risque d’exposition aux produits phytopharmaceutiques.

Exposé des motifs
 

PROJET D’ARRETE fixant les mesures destinées à préserver lieux et établissements accueillant des personnes vulnérables au risque d’exposition aux produits phytopharmaceutiques.

Projet_arrete_produits-phytopharmaceutiques

Les pesticides tueurs d'abeilles de plus en plus utilisés en France: "C'est alarmant"

Selon les données du ministère de l'Agriculture, les tonnages des cinq principaux néonicotinoïdes vendus en France ont augmenté de 121 tonnes entre 2013 et 2014. Soit 31% de plus en un an. Malgré leur interdiction partielle en Europe

Lire la suite

Les pesticides sont respirés à Paris et à la campagne
Dix ans après sa première étude, Airparif a détecté des fongicides, des herbicides et des insecticides dans l'air de la capitale et en Essonne. Mais le glyphosate n'a pas été dosé : il coûte trop cher à mesurer.

Lire la suite
Vignoble en ordre de marche
Les oiseaux et les papillons tendent à disparaitre en Ile-de-France

Ce drame s'est noué ces dix dernières années dans la région parisienne. Il est lié à "banalisation" des paysages agricoles et à "la fragmentation des espaces", autant qu'à l'usage de pesticides et la raréfaction des insectes.

Lire la suite
L'objectif zéro pesticide fait son chemin
Trois communes du Cher, membres du syndicat mixte, emboîtent le pas d’Issoudun en signant à leur tour la charte " Objectif zéro pesticide ".

Lire la suite

Problème de l'amiante
Il suffit de remplacer Amiante par Pesticide et nous sommes dans la même situation. Réagissons avant qu'il soit trop tard.

Problème de l'amiante
Générations Futures

Vous pouvez lire la lettres d'information de Générations Futures concernant les l'exposition aux pesticides. Lire la lettre d'information.

Presse
 Pesticide, on en parlait déjà en 2011. Lire l'article de Sud-Ouest.
 Le bon sens paysan. Sud Ouest 27 juin 2014. Lire l'article.
 Les écoles protégées des pesticides. Article Sud-Ouest 26 juin 2014. Lire l'article.

 Génération futures pétition pesticides. Lire la pétition.
 Générations futures. Appel aux députés. Lire la pétition.
 Pollution
 de la Charente : la Charente libre. Article de la Charente Libre, Lire la suite. Article de Sud-Ouest, Lire la suite.
 Pollution
 de la Charente : la Charente libre. Article de la Charente Libre, Lire la suite. Article de Sud-Ouest,Lire la suite.
 "Il y aura un avant et un après Villeneuve". Lire l'article de Sud-Ouest  du 27 mai 2014
 Épandage dans les vignes en Gironde : un plan de prévention se prépare. Lire article de SUD-Ouest du 26-05-2014.
 Écoliers intoxiqués à un traitement des vignes: une plainte déposée. Lire l'article de sud-Ouest du 24 mai 2014.
 Écoliers intoxiqués à Villeneuve (33) après un traitement des vignes : une plainte déposée. Lire article de Sud-Ouest du 24-05-2014
 Épandage de produits phytopharmaceutiques à proximité de l'école de 
Villeneuve-de-Blaye . Lire la suite
 Pesticides Sud Oust du 22 Mai 2014. Lire la suite
 Épandage de produits phytopharmaceutiques à proximité de l'école de Villeneuve-de-BlayeLire la suite
 Pesticides à l'Ecole Jean Jaurès Léognan
 Après Léognan, Villeneuve-de-Blaye. Lire la suite.
 Le Figaro : Pesticides Villeneuve-de-Blaye. Lire la suite.
 Sud-Ouest : Pesticides Villeneuve-de-Blaye. Lire la suite.
 Maladie professionnelle des agriculteurs.
Lire la suite
 Pesticides : vers le risque zéro. Lire la suite
 Pesticides/Perturbateurs endocriniens. Une enquête sur l’exposition des enfants (Générations futures). Lire la suite
 Appel de Montpellier 26 août 2013. Lire la suite
 Guide technique sur les bonnes pratiques phytosanitaires. Lire la suite




















Journée Santé Environnement

Pour ceux qui veulent avoir des informations supplémentaires concernant les pesticides, ils trouveront en suivant ce lien des vidéos qui peuvent répondre à leurs questions. Il s’agit d’un colloque du 18 novembre 2010 à l’Université de Bordeaux 2, Victor Sigalens.

Les thèmes abordés sont:

  • Pesticides et Santé par : BALDI Isabelle
  • La pollution atmosphérique et les aéro-contaminants : RAHERISON Chantal
  • Le principe de précaution: une spécificité française? DAB William
  • Table Ronde: Précaution, prévention et gestion des risques environnementaux : BOURQUIN Patrick, MANSOTTE François, DALM Catherine, OCHOA André

Voir les vidéos


Les pesticides à l'école Jules Ferry de Léognan
Emission de FR3 La santé en France du 19-10-2015.
La partie de l'émission sélectionnée concerne l'école Jules Ferry de Léognan.

France 2 du 14-10-2015
Très bonne émission de France 2 sur les pesticides.


Amis des Abeilles signer la pétition.

Chers Amis des abeilles,

Les trois néocotinoïdes tueurs d’abeilles: le Gaucho, le Régent puis le Cruiser seront interdits en Europe en 2016. Dow Agro sort en France (07/2015) le Sulfoxalor déjà utilisé aux US, d’une famille très proche des nicotinoïdes, un neurotoxique encore plus puissant pour venir en aide aux agriculteurs non Bio. Aux EU les associations ont réussi à le faire interdire.

La pétition ci-après vise la même chose auprès du parlement européen.

Alors SVP si vous aimez les abeilles…

SIGNEZ-LA en suivant ce lien

Pollinis a besoin de votre aide pour rassembler les citoyens, et faire pression tous ensemble sur le Parlement Européen pour qu'il porte l'affaire devant la Cour de Justice de l’Union européenne 

Lire la suite

Exposition pesticides

Les 136 825 signataires de la pétition Change.org que nous avons lancé pour demander des Zones non traitées le long des habitations ont reçu un message venant de cette plateforme titrant: « Victoire ! L’usage des pesticides est réglementés près des lieux de vie ! ». Ce titre en plus d’être excessif est erroné et n’a pas été validé par notre association – Merci de prendre en compte que ce titre ne reflète pas la position de Générations Futures.


Vous pouvez lire la lettre d'information de Générations Futures concernant l'exposition aux pesticides. Lire la lettre d'information.
Souffrant d’un myélome, le Rochelais se bat
Article de Sud-Ouest du 09-10-2014 sur les pesticides.Lire la suite.

Pour ceux qui sont sensibles à ces problèmes, ils peuvent se rendre sur le site : http://www.alerte-medecins-pesticides.fr/
Exposition aux pesticides

Les 136 825 signataires de la pétition Change.org que nous avons lancé pour demander des Zones non traitées le long des habitations ont reçu un message venant de cette plateforme titrant: « Victoire ! L’usage des pesticides est réglementés près des lieux de vie ! ». Ce titre en plus d’être excessif est erroné et n’a pas été validé par notre association – Merci de prendre en compte que ce titre ne reflète pas la position de Générations Futures.


Vous pouvez lire la lettre d'information de Générations Futures concernant l'exposition aux pesticides. Lire la lettre d'information.
Générations futurs 30 juin 2014

Aidez-nous à obtenir une interdiction de la pulvérisation des pesticides près des écoles et des habitations dans la semaine qui vient !

Dans le cadre de débats législatifs de la Loi d’Avenir pour l’Agriculture nous avons la possibilité d’obtenir une protection des citoyen(ne)s  par rapport aux pulvérisations de pesticides près des écoles et de leur maison !


Pour obtenir cette protection nous avons lancé une pétition contre la pulvérisation de pesticides près des habitations et des écoles  qui a déjà recueilli plus de 110 000 signatures en quelques jours. UN GRAND MERCI A VOUS! Continuons la pression ensemble ! Signez et diffusez la pétitionwww.change.org/pesticidesriverains 


Ce chiffre considérable montre clairement le soutien populaire à notre demande d’interdiction des pulvérisations de pesticides près des lieux habités et des écoles afin de protéger les personnes les plus sensibles et d’abord les femmes enceintes et les jeunes enfants, notamment des pesticides qui sont des perturbateurs  endocriniens.


Face à cette pression le gouvernement a d’ailleurs commencé à reconnaître la nécessité d’agir en faisant adopter  en commission des affaires économiques un amendement reconnaissant le principe d’interdiction de pulvérisation près des écoles…mais laissant la possibilité de pulvériser quand même des pesticides si des mesures de précaution ( haies, dispositifs techniques spécifiques…) étaient mises en place. 


Cet amendement est insuffisant car il va permettre à des pulvérisations de se poursuivre et il ignore complètement les habitations privées, ce qui est absurde car c’est là que les enfants et leur maman passent les ¾ de leur temps. La FNSEA, principal syndicat agricole, fait pression sur le gouvernement pour qu’il abandonne toute mesure de protection des riverains par rapport aux pesticides !


Il y a donc urgence à nous battre ensemble pour obtenir une amélioration de cet amendement lors des séances plénières des 7 et 8 juillet prochains pendant lesquelles la Loi d’Avenir pour l’Agriculture sera débattue à l'Assemblée nationale, en obtenant une vraie interdiction des pulvérisations de pesticides autour de tous les lieux habités ( écoles, terrain de jeux, domiciles privés….). Les enquêtes montrent aujorud'hui que les enfants sont exposés à un coktail de pesticides. N'attendons plus!


Pour cela nous comptons sur vous pour signez et diffuser la pétitionwww.change.org/pesticidesriverains  au plus grand nombre possible de vos amis, contact et sur les réseaux sociaux Twitter, Facebook…


Un grand merci d’avance pour votre aide précieuse  pour la santé de toutes et tous, et d’abord celle de nos enfants !


L’équipe de Générations Futures

Pour suivre toute l'actualité sur ce sujet suivez nous sur facebooktwitter ou sur notre site!


Pesticides ça avance lentement

Adoption au Sénat et à l’Assemblée Nationale du projet de loi contre les pesticides à usage urbain et non professionnels

cp_non-aux-pesticides-dans-ma-ville

 

Mise à jour le 10/02/2014

La loi est parue au JO:

JORF n°0033 du 8 février 2014 page 2313

LOI n° 2014-110 du 6 février 2014 visant à mieux encadrer l’utilisation des produits phytosanitaires sur le territoire national (1)

NOR: DEVX1330135L

*********************************************************

Mise à jour le 23/01/2014

Adoption à l’AN de la loi « visant à mieux encadrer l’utilisation des produits phytosanitaires sur le territoire national »

et qui concerne en fait

Article 1er
Interdiction pour les personnes publiques, à compter du 1er janvier 2020, d’utiliser des produits phytopharmaceutiques pour l’entretien des espaces verts, forêts et promenades ouverts au public, sauf pour la lutte contre la propagation des organismes nuisibles.

Article 2
Interdiction, à compter du 1er janvier 2022, de la vente, de l’utilisation et de la détention des produits phytopharmaceutiques pour un usage non professionnel, sauf pour la lutte contre la propagation des organismes nuisibles, et sanction applicable en cas de non-respect de cette interdiction.

Les bémols que nous soulevions lors de l’adoption de la loi au Sénat restent d’actualités mais comme dit l’expression populaire « c’est toujours àa de pris ». Et reste aussi à être vigilants sur les décrets d’application qui pour le moment ne sont pas encore discutés.

>>> La presse en parle:  Le monde du 24/01/2013: Les pesticides interdits dans les espaces verts et les jardins

_______________________________________________________

Article et communiqué du 20/11/2013

Générations Futures félicite le Sénateur écologiste Joël Labbé pour avoir su faire avancer une proposition de loi visant à interdire l’usage de pesticides par des collectivités publiques pour l’entretien de leurs espaces et par les particuliers.

Cette proposition, adoptée hier soir au Sénat par 192 voix pour et seulement 4 contre, marque une réelle avancée dans la prise de conscience de la nécessité de réduire l’exposition du public et des travailleurs aux pesticides. Durant les débats, les risques des pesticides ont d’ailleurs été unanimement reconnus par les différents intervenants, quel que soit leur bord, et l’exemple des jardineries Botanic, qui ont bannis de leurs rayons les pesticides de synthèse depuis 2008 suite à un travail avec Générations futures, a été évoqué par le Ministre de l’Environnement et la Sénatrice EELV Marie Blandin.

Cependant un cette loi, qui devra encore être votée par l’Assemblée Nationale, n’est pas totalement satisfaisante. Ainsi, les délais octroyés pour son application nous semblent trop longs.

« Pourquoi attendre 2020 pour interdire l’utilisation par les personnes publiques et 2022 la mise sur le marché à des fins non professionnelles ? Ce délai ne va pas stimuler suffisamment précocement l’industrie pour la production d’alternatives et fait peser un risque sur ce texte, qui pourrait être attaqué avant cette date. » Regrette ainsi François Veillerette, porte parole de Générations Futures.

« De plus un amendement adopté hier et déposé par le sénateur Socialiste Roland Ries prévoit une dérogation à l’interdiction d’emploi – en plus des produits de biocontrôle et des substances autorisées en agriculture biologique- pour les substances classées au niveau européen ‘à faible risque’.

Générations Futures déplore l’adoption de cet amendement vraisemblablement imposé par le gouvernement car il va permettre une dérogation au principe d’interdiction prévu dans cette loi pour des pesticides chimiques de synthèse qui pourront présenter un risque pour l’homme et/ou l’environnement, certes faible, mais réel. La notion de risque faible n’est d’ailleurs pas définie dans le Règlement de manière précise. » Précise François Veillerette.


Vide Grenier de BOUTOC

Félicitations au comité des fêtes de Boutoc pour l'organisation de sa fête et de ses vide-greniers, de juin et de septembre.

Ces différentes manifestations se déroulent grâce à un boutocais de longue date qui prête généreusement sa propriété.

Tout le comité des fêtes est à remercier : son Président, bien sûr, mais aussi tous les bénévoles qui l'accompagnent dans la réalisation de ces événements.

Grand merci à ces Preignacais qui animent notre commune.

Rendez-vous le 13 septembre à 15 heures pour le forum des associations.

Evaluations européennes des matières actives
Pauvre Sanches


C'était avant l'intervention du Syndicat Mixte d'Aménagement Du Bassin Versant Du Ciron. C'est là qu'autrefois on péchait des lamproillons.
Fleurs à Preignac 2015
Les fleurs à Preignac comme sur la photo c'était avant, après c'est autre chose !!!!